Actualisé 15.10.2012 à 06:48

Présidentielle américaine

Débat Obama - Romney: acte II mardi

Après un premier débat raté, le président démocrate va affronter de nouveau le républicain mardi . Les conseillers d'Obama promettent que leur champion sera plus agressif lors de ce deuxième face à face.

Les deux candidats débattront de politique intérieure et de dossiers internationaux à l'Université Hofstra d'Hempstead, sur l'île de Long Island dans l'Etat de New York. Contrairement au premier débat, ils devront cette fois répondre aux questions de citoyens américains sélectionnés par l'institut Gallup.

Bien que très encadré, le dialogue avec le public, pourrait profiter au président sortant. Ce dernier s'est montré bien plus à l'aise pendant ses meetings de campagne que lors du premier débat, et les stratèges républicains reconnaissent s'attendre à ce que Barack Obama se montre offensif.

Barack Obama, candidat à sa réélection le 6 novembre, a admis récemment avoir été «trop poli» lors du débat du 3 octobre à Denver. Il a prévenu qu'il y aura «plus d'action» mardi soir.

«Défier le gouverneur»

David Axelrod, conseiller d'Obama, en dit un peu plus. Le candidat démocrate «sera plus agressif en établissant le bien-fondé de son point de vue sur la direction que nous devrions prendre en tant que pays, un pays qui s'est construit autour d'une classe moyenne de plus en plus grande, florissante.»

«Ce qu'il fera aussi certainement (...) c'est défier le gouverneur Romney sur ses positions, dont il a semblé s'éloigner, comme nous avons vu le vice-président (Joe Biden) défier Paul Ryan», a ajouté David Axelrod.

«Course très serrée»

L'équipe de Mitt Romney s'est montrée peu impressionnée par ces déclarations. «Le président peut changer de style. Il peut changer de tactique. Il ne peut pas changer son bilan. Et il ne peut pas changer sa politique. Et c'est là-dessus que porte l'élection», a déclaré à CNN Ed Gillespie, conseiller de campagne de Mitt Romney.

«Je pense que la course est très serrée. Je pense que le vent souffle dans le dos du gouverneur Romney et il y a clairement une dynamique», a-t-il ajouté.

«Au pied du mur»

«Obama ne peut pas se permettre à nouveau une mauvaise performance, il n'aurait pas le temps de la rattraper», estime Bruce Buchanan, politologue à l'université du Texas. «Il est au pied du mur.»

Signe que le deuxième débat a lieu à un moment particulièrement indécis de la campagne, le sondage quotidien Reuters/Ipsos de dimanche donne 46% d'intentions de vote à Mitt Romney contre 45% à Barack Obama. Le troisième et dernier débat, le 22 octobre, sera axé sur la politique étrangère et organisé sur le modèle du premier.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!