Actualisé 09.06.2011 à 16:44

Menace sur les chats suisses

Débat sur le tir des chats errants au Parlement

Un Conseiller national demandera jeudi prochain d'interdire l'abattage des minous, permis par la loi.

de
Raphaël Pomey
Le combat de la pasionaria des chats Tomi Tomek s'invite à Berne

Le combat de la pasionaria des chats Tomi Tomek s'invite à Berne

Tomi Tomek triomphe. Après des mois de récolte de signatures, la boss de l'association SOS Chats voit l'un de ses grands combats porté au plus haut niveau politique. Objet de son courroux: la possibilité, selon la loi fédérale, de chasser toute l'année les chats errants. «Un massacre», selon Tomi Tomek, qui plaide pour des campagnes de stérilisation afin de réduire le nombre de ces bêtes. «Les chats domestiques portent de plus en plus souvent des puces et non plus des colliers, comment les distinguer des chats errants?»

Dur, dur, de distinguer les «bons» chats

Jeudi prochain, c'est le Conseiller national PDC Luc Barthassat qui relayera sa lutte, dans une motion à Berne. «La pétition a récolté plus de 12 000 signatures en quelques mois. Il y a une vraie demande». Il explique s'engager —hors de toute considération électoraliste— après avoir vu le minet d'un ami rentrer chez lui, une balle dans le coffre.

Que changera l'interdiction?

«L'interdiction ne changera pas grand chose au problème des chats errants. Actuellement, seuls 5 à 10 d'entre eux, sur une population de plusieurs centaines de représentants, sont abattus par an dans le canton», note Sébastien Sachot, conservateur de la faune vaudois. «Cela se passe surtout dans les alpages, où ils s'attaquent à des oiseaux menacées qui nichent au sol, comme la bécasse des bois.» Ce sont des chasseurs qui tirent ces chats et non pas les gardes faunes. Le canton préfère travailler avec la SPA vaudoise qui déplace et stérilise les chats errants.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!