Jeunes: Débats autour du droit de vote à 16 ans

Actualisé

JeunesDébats autour du droit de vote à 16 ans

L'âge à partir duquel les jeunes pourront se rendre aux urnes divise l'UDC et le Grand Conseil.

par
Joël Burri

«Les élèves ont des cours d'initiation à la vie civique à l'école,­ mais quand ils finissent leur scolarité, ils doivent attendre deux ans avant d'entrer dans la vie politique», note l'UDC Pierre-Yves Rapaz. Un délai qui nuit à l'intérêt politique. Il a proposé, au nom du groupe UDC, que le droit de vote et d'éligibilité soit abaissé à 16 ans au niveau communal. «Contrairement aux Conseils des jeunes, un Conseil communal ou général permet aux jeunes de se confronter à diverses opinions. Par exemple, celles de personnes plus expérimentées.»

Un avis que ne partage pas du tout son jeune collègue de parti Kévin Grangier. «Cette proposition ne répond à aucune demande ré­elle et pose des problèmes pratiques. Imaginez qu'un mineur soit élu syndic. Pourra-t-il engager sa commune de sa signature alors qu'il n'aurait même pas le droit de parapher seul un contrat de téléphone mobile?» Il considère que les jeunesses de partis permettent d'initier les intéressés à la vie civique.

Le débat promet d'être serré mardi au Grand Conseil. La commission chargée du dossier n'a pas pu dégager d'accord. Cinq députés se sont abstenus et deux rapports opposés, signés chacun par trois élus, sont ainsi transmis au plénum.

Ton opinion