Edipresse Suisse: Débrayage de mécontentement à la Tribune de Genève

Actualisé

Edipresse SuisseDébrayage de mécontentement à la Tribune de Genève

Les rédateurs et le personnel de la Tribune de Genève ont débrayé et brisé la traditionnelle marmite d'Escalade jeudi en fin d'après-midi. Ils sont insatisfaits des mesures de restructuration prises par Edipresse.

La Tribune de Genève a perdu six postes équivalents plein-temps - près de 10% de ses effectifs - alors que le plan de restructuration d'Edipresse prévoyait de couper 6,4 postes, a indiqué jeudi la Société des rédacteurs et du personnel du quotidien. Un collaborateur est parti volontairement, deux ont été licenciés et les autres se sont mobilisés pour réduire leur temps de travail.

Il aurait toutefois été possible d'éviter les licenciements en exploitant toutes les offres de réduction du temps de travail, a dénoncé la Société des rédacteurs. Alors que 22 personnes à la Tribune de Genève ont fait une telle offre, avec pour conséquence une baisse de leur revenu, la Société des rédacteurs constate «avec regret le manque total d'efforts de la part des plus hauts salaires d'Edipresse.»

Avec cette restructuration, Edipresse Suisse a supprimé 100 postes équivalents plein-temps. Or depuis 2005, la société a biffé environ 20% de ses effectifs tout en demandant le même volume de travail à ses collaborateurs et en multipliant les tâches, notamment au Web et à la mise en page de la Tribune de Genève, a expliqué à l'ATS Eric Budry, au nom du comité de la Société des rédacteurs. (ats)

Ton opinion