Italie: Début du procès en appel d'Amanda Knox
Actualisé

ItalieDébut du procès en appel d'Amanda Knox

Le procès en appel de la jeune Américaine et de son ex-petit ami italien pour le meurtre il y a six ans de sa colocataire britannique a commencé lundi à Florence en son absence.

Le procès en appel de la jeune Américaine Amanda Knox et de son ex-petit ami italien pour le meurtre il y a six ans de sa colocataire britannique a débuté lundi à Florence.

Il a lieu en l'absence de la principale accusée, restée aux Etats-Unis. La famille de la victime Meredith Kercher avait prévu d'assister à l'audience mais a renoncé, ses parents ayant des problèmes de santé.

«J'espère que nous allons faire un pas vers la vérité pour la famille Kercher, une vérité qui révèle enfin ce qui est vraiment arrivé à Meredith cette nuit-là», a expliqué aux journalistes l'avocat des Kercher, Francesco Maresca.

Amanda Knox, 25 ans, qui était retournée dès sa libération dans sa ville natale de Seattle (nord-ouest des Etats-Unis), a déjà fait savoir qu'elle ne comparaîtrait pas à ce nouveau procès. «J'ai déjà été emprisonnée en Italie alors que je suis innocente. Je ne peux pas me résoudre à vivre de nouveau cette expérience», a-t-elle déclaré lors d'une interview sur la chaîne américaine NBC.

«Monstre assoiffé de sexe»

«On m'a dépeinte comme une jeune menteuse sans scrupule, un monstre assoiffé de sexe, une meurtrière», a-t-elle affirmé, à la veille du procès, au quotidien local le Corriere Fiorentino. Elle a également dit souffrir depuis son emprisonnement de crises de panique et de dépression.

La famille de Raffaele Sollecito a indiqué que celui-ci, désormais âgé de 29 ans et qui vit actuellement en République dominicaine, comparaîtrait plus tard à son procès, qui doit durer plusieurs mois. Cette affaire a déjà valu aux deux jeunes gens quatre ans derrière les barreaux.

Quarante-sept coups de couteau

L'étudiante américaine Amanda Knox et l'Italien Raffaele Sollecito avaient été condamnés en première instance en 2009 à 26 et 25 ans de prison pour le meurtre de la jeune Britannique en novembre 2007. Ils avaient été innocentés en appel en octobre 2011, mais ce jugement a été annulé par la Cour de Cassation en mars dernier.

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2007, Meredith Kercher, étudiante britannique de 21 ans, avait été retrouvée à demi-nue et dans une mare de sang, le corps transpercé de 47 coups de couteau dans l'appartement qu'elle partageait avec Amanda Knox à Pérouse. L'autopsie a démontré qu'elle avait également été violée.

Selon la Cour de Cassation, l'acquittement comportait «de multiples contradictions et des incohérences manifestes» après un procès hautement médiatisé, notamment aux Etats-Unis. Les juges n'ont pas pris en compte des preuves évidentes et pas suffisamment examiné la thèse de l'accusation, selon laquelle ce meurtre serait la conséquence «d'un jeu érotique qui aurait mal tourné».

Nouveaux tests ADN

La défense, pour sa part, a toujours fait valoir que l'ADN avait été mal prélevé - les policiers avaient utilisé des gants sales - et donc inutilisable. Une trace appartenant à l'Italien avait notamment été récupérée sur l'attache du soutien-gorge de Meredith, mais 47 jours après le meurtre.

Au cours de l'audience, les avocats d'Amanda Knox et de Raffaele Sollecito ont réclamé que de nouveaux tests soient réalisés, notamment sur l'arme présumée du crime. Il s'agit d'un couteau de cuisine retrouvé chez l'Italien, qui comporte autant de traces d'Amanda Knox (sur le manche) que de Meredith Kercher (sur la lame).

Luca Mauri, chargé de la défense du jeune italien, a déploré que la tache formée par du liquide séminal sur un oreiller placé sous le corps de Meredith n'ait jamais été analysée. Il a déclaré cette omission «choquante alors que l'enquête s'est toujours orientée vers une orgie satanique».

La seule personne derrière les barreaux pour ce meurtre est Rudy Guede, un jeune vagabond originaire de Côte d'Ivoire. Il a été jugé séparément et a été condamné à 16 ans de prison. (ats)

Ton opinion