Syrie: Décès de l'envoyé spécial du «New York Times»
Actualisé

SyrieDécès de l'envoyé spécial du «New York Times»

Anthony Shadid, correspondant du célèbre journal américain, est décédé, alors qu'il se trouvait en Syrie depuis une semaine. Selon sa rédaction, une crise d'asthme serait à l'origine de son décès.

Ici en reportage au Caire le 2 février 2011, Anthony Shadid a reçu deux prix Pulitzer.

Ici en reportage au Caire le 2 février 2011, Anthony Shadid a reçu deux prix Pulitzer.

L'envoyé spécial du «New York Times» en Syrie est décédé jeudi, apparemment d'une crise d'asthme, a annoncé le journal américain. Il se trouvait en Syrie depuis une semaine pour enquêter sur l'Armée syrienne libre et les autres opposants à Bachar al Assad impliqués dans le soulèvement né en mars 2011.

Le régime syrien n'avait pas été informé de ce reportage. D'après Tyler Hicks, photographe du «Times» qui accompagnait Anthony Shadid, ce journaliste américain d'origine libanaise portait sur lui des médicaments contre l'asthme. Il a commencé à souffrir jeudi matin avant d'être victime d'une crise mortelle. Tyler Hicks dit avoir emmené le corps en Turquie.

Anthony Shadid, qui avait 43 ans, était lauréat de deux prix Pulitzer pour sa couverture de la guerre en Irak et de ses conséquences.

(ats)

Ton opinion