Décès du cinéaste italien Gillo Pontecorvo
Actualisé

Décès du cinéaste italien Gillo Pontecorvo

Le cinéaste italien Gillo Pontecorvo est décédé jeudi soir à Rome à l'âge de 86 ans, a annoncé l'agence italienne Ansa.

Il avait notamment remporté le Lion d'Or à Venise en 1966 avec «La Bataille d'Alger».

Marié et père de trois enfants, le réalisateur est mort à l'hôpital Gemelli de Rome, a indiqué Ansa, sans préciser la cause de son décès.

Né en 1919 à Pise, en Toscane, Gillo Pontecorvo était reconnu comme un des plus grands cinéastes italiens de l'après-guerre. Candidat à deux reprises à l'Oscar d'Hollywood, il avait dirigé l'acteur américain Marlon Brando dans «Queimada» (1971).

Chimie, journalisme

Etudiant en chimie avant de se tourner vers le journalisme, il devint membre du parti communiste italien au début des années 1940 et fit partie de la résistance antifasciste de 1943 à 1945. Correspondant après la guerre de divers journaux italiens à Paris, il se tourna vers le cinéma en débutant comme assistant d'Yves Allégret.

Son premier long-métrage, «Un dénommé Squarcio» (»La grande strada Azzurra», 1957) dresse le portrait d'un petit village de pêcheurs où l'on voit Yves Montand lutter pour nourrir sa famille. Trois ans plus tard, Pontecorvo raconte dans «Kapo» l'histoire d'une juive devenue auxiliaire des nazis dans un camp allemand.

Film interdit en France

En 1965, «La Bataille d'Alger» apporte la consécration au réalisateur. Tourné et coproduit avec Yacef Saadi, ancien dirigeant du FLN, le film montre de façon équilibrée et réaliste la lutte des parachutistes français contre les hommes du FLN en 1958, dans la Casbah d'Alger, l'usage de la torture d'un côté, les attentats aveugles de l'autre.

Longtemps interdit en France, «La Bataille d'Alger» obtint le Lion d'Or à la Mostra du Cinéma à Venise en 1966. Dans son film suivant, «Queimada», Pontecorvo dirige Marlon Brando et affronte une nouvelle fois le thème du colonialisme.

Directeur de la Mostra de Venise de 1992 à 1996, Gillo Pontecorvo avait été invité au Festival de Cannes en 2004 pour présenter «La Bataille d'Alger», ressorti dans les salles près de 40 ans après son tournage.

NOTE: dépêche entièrement remaniée

(ats)

Ton opinion