Vaud: Déchets: «Les jeunes sont bien plus respectueux»
Actualisé

VaudDéchets: «Les jeunes sont bien plus respectueux»

Pris d'assaut, les bords du lac et les parcs sont parfois jonchés de déchets. Souvent pointés du doigt, les plus jeunes seraient en fait les bons élèves.

par
Yannick Weber/rmf
Les employés de la Ville ont salué le bon comportement des étudiants lors de leur soirée festive au bord du lac.

Les employés de la Ville ont salué le bon comportement des étudiants lors de leur soirée festive au bord du lac.

Ville de Morges

«Il n'y a pas de corrélation entre étudiants et problématique des déchets. Nous sommes convaincus que les jeunes sont bien plus respectueux que certaines générations plus avancées.» Le constat, qui tord le cou aux idées reçues, est dressé par Eric Hostettler, responsable de la Propreté urbaine de la ville de Morges.

Il y a dix jours, pourtant, une opération pour éviter un carnage leur était spécialement destinée quand une équipe est allée à la rencontre des gymnasiens qui fêtaient la fin des examens pour leur distribuer des sacs poubelles. L'approche était exempte de paternalisme: aucun adulte n'est allé faire la morale aux jeunes lors de cette «soirée arrosée où la responsabilité peut diminuer au fil de la nuit», dans les termes d'Eric Hostettler.

«Faîtes la fête!»

Le message se voulait au contraire encourageant: «Faites la fête, profitez de cet instant, mais respectez cet endroit en rassemblant vos déchets dans les sacs pour aider ceux qui vont nettoyer la zone demain matin», rappelle-t-il. Résultat: à l'aube, sur tous les déchets récoltés, 90% se trouvaient dans les sacs distribués. Le résultat avait été le même lors du gros rassemblement à Lausanne pour la grève du climat, en avril. Les jeunes PLR, qui suivaient le cortège munis de sacs poubelles, avaient terminé le défilé en n'ayant ramassé qu'une quantité infime de déchets sauvage.

Les responsables de la propreté de plusieurs communes sont unanimes: les comportements et habitudes changent et les jeunes ne sont pas à blâmer. «Depuis quelques années, le bord du lac est très sollicité par un public très large qui dans l'ensemble ne laisse pas de déchets», salue le Service des parcs et domaines de Lausanne. Même son de cloche du côté de Vevey. «Les fêtes étudiantes ne sont plus les mêmes qu'avant. Maintenant, ce sont plutôt de nombreux petits groupes à des dates et des lieux divers. Elles ne sont pas un problème», selon la direction des espaces publics.

Une tendance positive

Pas de quoi relâcher pour autant la pression mise à travers des opérations de sensibilisation qui se multiplient dans toutes les villes. «Avec les nouvelles offres de type take-away et les shops ouverts tard le soir, le domaine public est un peu devenu le bistro pour une certaine frange de la population. Toutefois, il semblerait que depuis quelques temps, on tend vers une stagnation, voire vers une baisse de ce phénomène, du moins à Morges», constate Eric Hostettler.

Si tous ne couvrent pas tous les étudiants d'éloges comme le fait Morges, les responsables s'accordent à dire que le phénomène est à prendre dans sa globalité. «Sûrement que certains jeunes sont très sensibles à cette problématique tandis que d'autres s'en fichent... comme par ailleurs n'importe quelle autre tranche de la population», résume la Ville de Lausanne.

Ton opinion