Bruxelles: Décision sur la libération de Michelle Martin
Actualisé

BruxellesDécision sur la libération de Michelle Martin

La Cour de cassation de Belgique devait se prononcer mardi sur la validité de la libération conditionnelle anticipée de Michelle Martin, ex-épouse et complice de Marc Dutroux.

La Cour de cassation de Belgique devait se prononcer mardi sur la validité de la libération conditionnelle anticipée de Michelle Martin, ex-épouse et complice du meurtrier pédophile Marc Dutroux, qui avait laissé mourir de faim Julie et Mélissa, âgées de huit ans.

Selon toute probabilité, la juridiction suprême devait approuver la décision rendue le 31 juillet par le tribunal d'application des peines (TAP) de Mons (sud).

Cette instance a autorisé Michelle Martin, aujourd'hui âgée de 52 ans, à se retirer au couvent des clarisses à Malonne (70km au sud-est de Bruxelles).

Incarcérée depuis son arrestation avec Dutroux en 1996, Michelle Martin avait été condamnée en 2004 à 30 ans de réclusion criminelle pour séquestration de plusieurs des jeunes victimes de Dutroux et pour la mort de faim des deux fillettes. Etant donné qu'elle a purgé 16 ans de prison, détention préventive incluse, soit plus de la moitié de sa peine, la loi autorise sa libération conditionnelle.

La décision du TAP a ravivé le traumatisme vécu par la Belgique à la révélation des enlèvements, viols et meurtres pédophiles commis par Marc Dutroux. «Quel crime faut-il avoir commis pour purger l'intégralité de la peine?», s'exclamait ainsi Paul Marchal, dont la fille An a été l'une des victimes du pédophile, lors d'une marche contre la libération de Michelle Martin rassemblant plusieurs centaines de personnes à Bruxelles le 19 de ce mois. (ap)

Ton opinion