Impôts: Déclaration gratuite en échange de vos données
Actualisé

ImpôtsDéclaration gratuite en échange de vos données

Une entreprise zurichoise remplit gratuitement les déclarations d'impôts de ses clients. Si ceux-ci ne déboursent pas un sou, ils paient tout de même... avec leurs données personnelles.

par
K. Wolfensberger/ofu
Richard Lüdi, CEO de Tax4free: «Nous informons nos clients à deux reprises lors du processus d'enregistrement que leurs données seront transmises à des tiers. Nous accordons beaucoup d'importance à la transparence.»

Richard Lüdi, CEO de Tax4free: «Nous informons nos clients à deux reprises lors du processus d'enregistrement que leurs données seront transmises à des tiers. Nous accordons beaucoup d'importance à la transparence.»

photo: Keystone

Celles et ceux qui n'ont pas encore rempli leur déclaration d'impôts ont jusqu'à la fin du mois de mars pour le faire. Comme chaque année, bon nombre de Suisses font appel à un conseiller fiscal pour se délester de cette tâche. Parmi les nombreuses annonces qui pullulent sur le web, un prestataire se démarque en proposant un service quasi-surréaliste. Son offre: une déclaration d'impôts remplie gratuitement.

Sur le site, la boîte Tax4free écrit qu'il suffit de se créer un compte en ligne et d'inscrire ses données. Après quelques jours, les clients reçoivent chez eux une enveloppe pré-affranchie et une liste sur laquelle figurent tous les documents que les contribuables doivent renvoyer à l'entreprise zurichoise. Celle-ci se charge ensuite de remplir la déclaration d'impôts et de la retourner au client qui ne doit plus que la signer et la faire parvenir à son office cantonal des contributions.

Données financières pas communiquées

Mais comment la firme fait-elle pour tourner si tout est gratuit? En regardant d'un peu plus près sur le site, on comprend comment Tax4free gagne son argent: en vendant les données de ses clients. Toute personne qui souhaite profiter de l'offre de l'entreprise zurichoise doit d'abord autoriser la boîte à transmettre ses données personnelles à des partenaires qui se chargeront à leur tour de transmettre des offres personnalisées à la personne en question.

Contacté par «20 Minuten», le CEO et porte-parole de Tax4Free, Richard Lüdi, explique quelles données sont transmises et lesquelles ne le sont pas: «Nous ne divulguons en aucun cas le revenu, les dettes ou autres données financières de nos clients. Seuls l'âge, le nom, l'adresse et le numéro de téléphone sont communiqués.»

«Les services ne sont pas gratuits»

Pour l'instant, Wobees Consulting - une firme spécialisée dans la vente et les conseils en assurances - est le seul partenaire de Tax4free. Selon Richard Lüdi, cette entreprise n'a pas été choisie au hasard: «Nous choisissons nos partenaires afin de nous assurer qu'aucune donnée n'est transmise à l'étranger.»

Sara Stalder, directrice de la fondation alémanique pour la protection des consommateurs (SKS), déconseille néanmoins de passer par Tax4fre pour faire remplir sa déclaration d'impôts. Selon elle, l'entreprise zurichoise promet quelque chose qu'elle ne peut pas tenir: «Les services ne sont pas gratuits. Ils ne coûtent pas des francs, mais des données.» Elle critique également le fait que la boîte zurichoise n'indique pas clairement sur son site ce qu'elle fait les données. Sara Stalder annonce que la SKS va contacter le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (lire encadré) dans cette affaire.

«Nous accordons beaucoup d'importance à la transparence»

Même son de cloche auprès de Patrick Hischier, porte-parole du forum de consommateurs (KF). Selon lui, la manière de faire de Tax4free est problématique. Proposer quelque chose de gratuit alors que ça ne l'est pas est un stratagème apprécié pour appâter des clients, explique-t-il. Selon lui, l'entreprise ne fait pas assez preuve de transparence. Une accusation rejetée par Richard Lüdi: «Nous informons nos clients à deux reprises lors du processus d'enregistrement que leurs données seront transmises à des tiers. Nous accordons beaucoup d'importance à la transparence.»

Ce que dit la loi suisse

Contacté, le bureau du préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) explique que l'utilisation et la transmission de données fiscales à des fins de marketing sont autorisées à condition que la personne concernée a donné son autorisation au préalable. La situation est identique s'il s'agit d'informations concernant l'état de santé ou les convictions religieuses et politiques des clients. Et d'ajouter: «Celles et ceux qui profitent d'offres gratuites sur le Net devraient savoir qu'ils paient souvent ces services avec leurs données personnelles.»

Ton opinion