Sion: Déclarée morte, elle anime des conférences
Actualisé

SionDéclarée morte, elle anime des conférences

Une sexagénaire française évoquera, vendredi à 20 h, son extraordinaire parcours. Alors qu'elle est dans le coma en 2009, le personnel médical la déclare morte. Mais des mots de sa fille vont lui arracher une larme.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Le cas exceptionnel d'Angèle Lieby fait l'objet de présentations dans des congrès de médecine et de recherches.

Le cas exceptionnel d'Angèle Lieby fait l'objet de présentations dans des congrès de médecine et de recherches.

C'est une histoire absolument bouleversante dont Angèle Lieby va parler vendredi à partir de 20h au collège des Creusets, à Sion. Une histoire de vie et de mort. Interrogée par «Le Nouvelliste», l'auteure d'«Une larme m'a sauvée» est revenue sur son expérience de juillet 2009. «Je ne voulais pas qu'on me débranche, mais je ne pouvais ni bouger ni parler.» La sexagénaire française évoque ainsi son coma thérapeutique décidé par le personnel médical de l'Hôpital de Strasbourg.

Tout est parti de «picotements dans les mains et de migraines». A l'hôpital, Angèle Lieby, ne donne plus aucun signe de vie. Pourtant, elle entend et sent tout, mais ne parvient pas à réagir. Après quatre jours de ce coma très spécial, un docteur décide qu'elle va «clamser» et qu'il fallait arrêter les soins quotidiens et se préparer à la débrancher.

«Maman, mon bébé mérite d'avoir une mamie »

Le mari et la fille de la patiente refusent ce qui paraît être inéluctable. Pour montrer à la famille qu'Angèle Lieby est bien morte, le personnel médical lui fait subir des sévices physiques. La patiente – qui souffre d'une maladie rare du système immunitaire appelée syndrome de Bickerstaff – ressent des douleurs insoutenables, mais ne parvient toujours pas à esquisser la moindre réaction. Le déclic proviendra de sa fille. «Je pense avoir un troisième enfant et cet enfant mérite d'avoir une mamie», lui souffle-t-elle à l'oreille. Angèle Lieby réussit alors à écraser une larme. La morte n'était pas morte. Et commence ainsi une nouvelle vie.

Angèle Lieby animera aussi une conférence intitulée «Une incroyable leçon de vie», ce jeudi soir dès 20 h à l'université de Fribourg.

Ton opinion