Mexique: Découverte d'un paresseux préhistorique géant

Actualisé

MexiqueDécouverte d'un paresseux préhistorique géant

Des paléontologues mexicains ont découvert les restes d'un animal proche d'un paresseux qui aurait vécu il y a 10'000 ans.

Les scientifiques de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) ont transmis ce cliché de ce qu'ils pensent être les ossements d'une espèce éteinte de paresseux.

Les scientifiques de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) ont transmis ce cliché de ce qu'ils pensent être les ossements d'une espèce éteinte de paresseux.

AFP

Des scientifiques mexicains ont annoncé mercredi avoir découvert, au fond d'un puits naturel près de la côte caraïbe, les restes d'un paresseux géant. Le mammifère arboricole aurait vécu environ 10'000 ans avant notre ère, sous le Pleistocène.

«Le squelette est presque complet, réparti à une profondeur de 50 à 55 mètres, donc nous croyons que l'animal est tombé quand le puits était sec ou avec peu d'eau», a expliqué l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH).

Ce paresseux est d'une nouvelle espèce qui a été baptisée du nom scientifique Xibalbaonyx oviceps. L'animal, lui, s'est vu attribuer le nom de «Pote».

Si la découverte date de 2010, seuls le crâne, la mandibule, une dizaine d'os et sept griffes ont été remontés à la surface en 2014, lors d'une opération menée par une archéologue de l'INAH, Carmen Rojas Sandoval. Le reste du squelette est encore au fond de l'eau et les scientifiques prévoient de le récupérer d'ici 2018 pour continuer à l'étudier, a indiqué l'INAH dans un communiqué.

Espèce éteinte

L'analyse des premiers os remontés à la surface laissent penser qu'il a vécu «entre 10'647 et 10'305» ans avec notre ère, selon l'INAH.

Le Mexique abrite de nombreux puits naturels d'eau de source, appelés cenotes et principalement situés dans les Etats de Yucatan et Quintana Roo (est).

Les paresseux géants peuplaient l'Amérique du Sud avant de commencer à migrer vers l'Amérique du Nord il y a neuf millions d'années. L'espèce s'est ensuite éteinte. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion