Nigeria: Découverte de centaines de morts enterrés
Actualisé

NigeriaDécouverte de centaines de morts enterrés

Les corps de centaines de personnes ont été retrouvés dans le nord-est du Nigeria, apparemment victimes des exactions de Boko Haram.

1 / 73
24.12 Les troupes nigérianes « ont finalement pénétré et écrasé ce qu'il restait des insurgés de Boko Haram au Camp Zéro , situé au coeur de la forêt de Sambis», a affirmé samedi le président nigérian Muhammadu Buhari.

24.12 Les troupes nigérianes « ont finalement pénétré et écrasé ce qu'il restait des insurgés de Boko Haram au Camp Zéro , situé au coeur de la forêt de Sambis», a affirmé samedi le président nigérian Muhammadu Buhari.

Keystone
13.10 Un officiel nigérian a annoncé à la BBC la libération de 21 des lycéennes enlevées par Boko Haram en avril 2014 à Chibok, dans le nord du Nigeria.

13.10 Un officiel nigérian a annoncé à la BBC la libération de 21 des lycéennes enlevées par Boko Haram en avril 2014 à Chibok, dans le nord du Nigeria.

14.04 Le groupe islamique Boko Haram a envoyé une «preuve de vie» deux ans après l'enlèvement à Chibok (nord-est du Nigeria) de 276 lycéennes, un événement qui sera commémoré jeudi par des prières et des manifestations à travers tout le pays.

14.04 Le groupe islamique Boko Haram a envoyé une «preuve de vie» deux ans après l'enlèvement à Chibok (nord-est du Nigeria) de 276 lycéennes, un événement qui sera commémoré jeudi par des prières et des manifestations à travers tout le pays.

Keystone

«Des corps ont été trouvés dans les maisons, les rues, et encore davantage dans la rivière Damasak dont le lit est à sec», a indiqué Kaumi Kusur, un habitant de la ville éponyme. Les victimes ont été enterrées dans une vingtaine de fosses communes pendant le week-end, a-t-il ajouté.

Selon Mohammed Sadiq, un autre habitant qui a aidé à enterrer ces corps samedi, le bilan pourrait s'élever à plus de 400 morts. De son côté, le gouvernement de l'Etat de Borno n'a parlé que de «centaines» de cadavres.

Des soldats venus du Tchad et du Niger avaient reconquis le 9 mars dernier la ville de Damasak des mains de Boko Haram, dans le cadre d'une offensive régionale contre les militants islamistes qui avaient pris la localité en novembre dernier. Quelque 200 rebelles avaient été tués de même que 10 soldats lors de cette reprise de la ville, selon une source sécuritaire tchadienne.

Le 20 mars, le porte-parole de l'armée tchadienne, Azem Bermandoa Agouna avait parlé de la découverte d'une centaine de corps dans une fosse commune sous un pont à l'extérieur de Damasak, dont certains avaient été décapités. Selon M. Agouna, ce massacre pourrait avoir eu lieu en janvier dernier.

«Enterrés proprement»

M. Sadiq, a parlé lundi de son côté de corps recouverts par le sable du désert proche. «Nous avons été mobilisés par les autorités de l'Etat pour enterrer les corps, ce que nous avons fait. Il y avait des corps de femmes et d'enfants et d'hommes dans la fleur de l'âge», a-t-il ajouté.

Selon M.Kusur le nombre de corps découverts cette fois-ci, le jeudi de la semaine passée, «dépassaient nettement» celui des cadavres trouvés en mars, lorsque la ville fut libérée. «Nous les avons tous enterrés proprement, alors que les corps étaient en état de décomposition, dans plus d'une vingtaine de fosses communes qui peuvent être identifiées si besoin», a-t-il ajouté.

«Faux groupe religieux»

Lundi également, le président élu du Nigeria, Muhammadu Buhari, a promis de traiter Boko Haram comme «des terroristes» parce qu'ils ne sont «qu'un faux groupe religieux».

«Le groupe frauduleux qui se nomme Boko Haram peut être combattu en lui interdisant de recruter des militants. Car aucune religion ne permet de tuer des enfants dans des dortoirs d'internats, sur des marchés ou dans des lieux de culte», a-t-il dit. «Ils n'ont rien à voir avec la religion. Ce sont des terroristes et nous allons les traiter comme on traite des terroristes», a-t-il insisté.

M. Buhari, 72 ans, doit prendre ses fonctions le 29 mai. Il a remporté les élections le mois dernier en promettant une lutte sans merci contre les islamistes de Boko Haram, dont la rébellion et le combat que lui livrent les forces nigérianes ont fait au moins 15'000 morts depuis 2009, ainsi que plus de 1,5 million de personnes déplacées. (afp)

Ton opinion