CHUV: Découvrez le premier hôtel des patients de Suisse
Actualisé

CHUVDécouvrez le premier hôtel des patients de Suisse

L'établissement, qui compte 114 chambres, fait partie intégrante du séjour hospitalier et le séjour est pris en charge par l'assurance de base.

1 / 8
Le premier hôtel des patients de Suisse a ouvert ses portes à Lausanne.

Le premier hôtel des patients de Suisse a ouvert ses portes à Lausanne.

Keystone/Laurent Gillieron
Il s'adresse avant tout aux malades du CHUV qui ont retrouvé une bonne autonomie, mais doivent rester hospitalisés.

Il s'adresse avant tout aux malades du CHUV qui ont retrouvé une bonne autonomie, mais doivent rester hospitalisés.

Keystone/Laurent Gillieron
Une société privée, Reliva, prend en charge l'accueil hôtelier.

Une société privée, Reliva, prend en charge l'accueil hôtelier.

Keystone/Laurent Gillieron

Le premier hôtel des patients de Suisse a ouvert ses portes à Lausanne. Il s'adresse avant tout aux malades du CHUV qui ont retrouvé une bonne autonomie, mais doivent rester hospitalisés. Une société privée, Reliva, prend en charge l'accueil hôtelier.

Le concept s'inspire d'expériences réalisées à l'étranger, mais il est novateur en Suisse. Un passage dans cet hôtel trois étoiles, situé à deux pas du CHUV, fait partie intégrante du séjour hospitalier. L'établissement compte 114 chambres et a accueilli ses premiers pensionnaires le 11 octobre.

Financièrement, le séjour est pris en charge par l'assurance de base. «Pour le patient, cela ne change rien. Il ne paie pas un franc de plus, sauf s'il invite un proche à séjourner avec lui», a expliqué jeudi devant la presse Philipp Müller, directeur administratif et financier du CHUV. Cela représente, par exemple, un supplément de 95 francs par jour en chambre standard.

Pas de blouses blanches

L'hôtel peut aussi héberger à leurs frais des personnes qui se déplacent de loin pour recevoir des soins ambulatoires au CHUV, des congressistes ou de simples touristes. En ses murs, une tenue de ville est de rigueur, les blouses d'hôpital sont prohibées.

Le bâtiment abrite un restaurant et un centre de soins, où le patient doit être suffisamment autonome pour se rendre seul. Une présence infirmière est assurée 24 heures sur 24. Les patients portent tous un bracelet d'alarme et de géolocalisation permettant au personnel soignant d'intervenir rapidement en cas de besoin.

Critères médicaux

L'établissement offre un confort supplémentaire au patient, avec ses chambres individuelles ou familiales. Il lui permet de recevoir ses proches et de gérer son temps plus librement. Mais le transfert de l'hôpital à l'hôtel se fait sur la base de critères médicaux.

«Une personne qui vient de subir une opération de prothèse de la hanche peut par exemple y passer ses derniers jours d'hospitalisation», explique Philipp Müller. La formule prépare aussi au retour à domicile.

Pour 33 millions

L'hôtel est le fruit d'un partenariat public-privé entre le CHUV, Reliva SA et Retraites Populaires, qui a réalisé et financé les deux bâtiments de l'hôtel pour 33 millions de francs. «C'est le résultat d'une opportunité, d'une rencontre entre un privé, qui a proposé le concept, et le CHUV qui avait un problème d'engorgement de lits», a déclaré le conseiller d'Etat Pierre-Yves Maillard. Pour faire face à la croissance des besoins, il faut innover, a plaidé le chef du Département de la santé et de l'action sociale (DSAS).

Le CHUV espère à terme libérer une soixantaine de lits dans la Cité hospitalière. «Une nuitée à l'hôtel des patients coûte à peu près 40% de moins que dans le bâtiment principal», a expliqué Philipp Müller.

Sur les 114 chambres de l'hôtel, réparties dans deux bâtiments, 105 sont dédiées au CHUV. Dans le cadre de son partenariat avec Reliva, l'établissement hospitalier s'est engagé à en occuper au moins 70%.

Bénéfices répartis

«Il n'y aura pas de privatisation des bénéfices et de socialisation des pertes», a averti Pierre-Yves Maillard. «Nous avons posé les bases d'un bon équilibre». Le bénéfice d'exploitation sera réparti entre Reliva et le CHUV. Si l'occupation est inférieure à 70%, le CHUV devra participer à la couverture des charges de l'hôtel. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion