Décriée de toutes parts, la cigarette a encore la cote

Actualisé

Décriée de toutes parts, la cigarette a encore la cote

La pression sur les fumeurs n'a jamais été aussi grande. La clope a pourtant toujours autant d'adeptes.

Malgré la multiplication des interdictions de fumer dans les lieux publics et de travail, ainsi que des messages alarmants sur les paquets de cigarettes, rien n'y fait. Près d'un Suisse sur trois s'accroche à la clope. La proportion de fumeurs est demeurée l'an dernier identique à celle de 2006, avec 29% de la population.

Plus de la moitié des fumeurs disent ne pas avoir modifié leur consommation. Le tabac est le plus souvent fumé à la maison pour les accros, dans les restaurants ou les bars pour les occasionnels. Cette stagnation surprend les spécialistes de la prévention, qui ont pu mesurer une baisse constante du nombre de fumeurs de 33% à 29% depuis 2001. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) observe que le problème reste particulièrement sérieux chez les jeunes.

Les ados sont toujours très exposés. Chez les 14-19 ans, la part des fumeurs est de 24%. La classe d'âge des 20-24 ans reste celle où se trouve le plus grand pourcentage d'adeptes, avec 46% chez les hommes et 35% parmi les femmes. Les adultes semblent devenir plus raisonnables. En sept ans, les 25-44 ans sont passés de 33% à 26% de fumeurs réguliers. Après la campagne «Bravo», l'OFSP veut relancer la machine. L'Office a lancé hier une nouvelle campagne de prévention intitulée «La fumée en moins, la vie en plus».

Martial Messeiller

Ton opinion