Actualisé 08.05.2008 à 09:32

Dee Dee Bridgewater amène le jazz au Mali

La chanteuse présentera ce soir au Victoria Hall (GE) son album
de musique malienne.

De nombreux artistes blancs, de Paul Simon à Damon Albarn, en passant par Peter Gabriel, partent en Afrique à la découverte de nouveaux horizons musicaux. Pour Dee Dee Bridgewater, aller à la rencontre de ce continent a une tout autre signification: c'est un retour aux sources. «Depuis quelques années, je ressens au plus profond de moi le besoin de trouver mes racines africaines.

Sans traces dans mon pays, les Etats-Unis, je suis retournée vers la musique africaine. J'espérais qu'en écoutant les différentes musiques des pays de l'Afrique noire l'un d'eux me parlerait avec une force spirituelle inéluctable. ça a été le Mali», disait-elle pour expliquer son album «Red Earth: A Malian Journey», sorti il y a un an. Cet attrait pour le Mali n'est peut-être pas un hasard.

John Lee Hooker n'avait-il pas dit: «Le blues des Noirs d'Amérique est comme les branches d'un arbre dont le tronc est au Mali»? Après avoir consacré sa carrière au blues et au jazz, l'exubérante chanteuse américaine entame à presque 60 ans une nouvelle étape de sa carrière, mais n'oublie pas les styles qui ont fait son succès. C'est à un mélange de sons maliens et américains qu'elle et ses musiciens africains nous convient. Initialement prévu en octobre dernier, ce concert au Victoria Hall avait été annulé en raison de problèmes de santé de la star.

Myriam Genier

Infos: Victoria Hall, mardi 6, 20 h 30

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!