Défilés émiriens entre tradition et modernité
Actualisé

Défilés émiriens entre tradition et modernité

Abou Dhabi, la capitale des Emirats arabes unis, a organisé
sa première semaine de la mode.

De samedi à mardi dernier, des dizaines de mannequins ont présenté des collections allant des abayas (longues tuniques noires) traditionnelles du Golfe et autres habits islamiques à des vêtements transparents dévoilant presque tout du corps féminin, ce qui constitue normalement un tabou dans les monarchies arabes conservatrices de la région.

Abou Dhabi est «une capitale culturelle qui devait s'intéresser aussi au monde de la mode», explique Alice Teeuwen, directrice la manifestation. Au clair de lune, dans les jardins du luxueux Emirates Palace, un hôtel tout en marbre qui domine la corniche, des créateurs arabes, dont des femmes, ont présenté des collections très disparates. Y étaient également au programme des collections de créateurs mondialement connus comme les maisons italiennes Missoni et Pucci.

Certains couturiers ont présenté des collections marquées par l'héritage arabo-islamique. Ainsi, les créations de l'Emirienne Aïcha ben Desmal sont dominées par des sujets orientalistes et d'inspiration arabe. Sa compatriote d'origine afghane, Rabia Z., veut, elle, concilier la mode et le désir de la femme musulmane conservatrice mais moderne de porter des vêtements conformes à ses convictions.

Ainsi, des chapeaux, parfois de style européen classique, sont portés avec le hijab (voile) sur des ensembles couvrant totalement le corps. Pourtant, la présence de collections très osées pour la région semble montrer qu'Abou Dhabi a fait le choix d'accepter les œuvres des créateurs sans restrictions.

(win)

Ton opinion