Quadruple meurtre de Rupperswil: Définitivement interné, il veut une thérapie
Actualisé

Quadruple meurtre de RupperswilDéfinitivement interné, il veut une thérapie

Le quadruple assassin de Rupperswil, Thomas N., demande une thérapie ambulatoire en milieu fermé, ce que la Cour suprême argovienne avait refusé compte tenu du risque de récidive.

1 / 33
La procureure Barbara Loppacher avait renoncé à faire appel dans un premier temps. Mais après le recours du condamné, elle s'y est décidé dans le délai légal. (Lundi 22 octobre 2018)

La procureure Barbara Loppacher avait renoncé à faire appel dans un premier temps. Mais après le recours du condamné, elle s'y est décidé dans le délai légal. (Lundi 22 octobre 2018)

Keystone
Thomas N. fait recours contre son internement. (Jeudi 13 septembre 2018)

Thomas N. fait recours contre son internement. (Jeudi 13 septembre 2018)

Keystone
Georg Metger (à droite), compagnon de la mère assassinée, publie un livre sur le drame. (Vendredi 13 avril 2018)

Georg Metger (à droite), compagnon de la mère assassinée, publie un livre sur le drame. (Vendredi 13 avril 2018)

Keystone

Le quadruple assassin de Rupperswil (AG) sera définitivement interné. Il renonce à recourir au Tribunal fédéral contre sa sentence. En revanche, Thomas N. entend se faire accorder une thérapie ambulatoire en milieu fermé par les juges de Mon Repos.

Condamné en première et en deuxième instance à une peine de prison à perpétuité, assortie d'un internement simple, l'homme âgé de 35 ans s'était vu ordonner une thérapie ambulatoire par le Tribunal de district de Lenzburg (AG) en mars dernier. En décembre, la Cour suprême argovienne a levé cette mesure, estimant que celle-ci ne réduirait pas le risque de récidive de l'assassin.

Durant le procès, les experts psychiatriques avaient déclaré que ce risque ne serait guère réduit à travers une thérapie stationnaire. Les juges cantonaux en ont déduit qu'il le serait encore moins à travers une thérapie ambulatoire.

Faire un travail sur son crime

Le condamné veut désormais obtenir ce droit devant le Tribunal fédéral, indique jeudi à Keystone-ATS son avocate commise d'office Renate Senn. Elle confirme une information révélée par les journaux de CH Media. Son client a déposé un recours en ce sens au TF dans le but de digérer le crime qu'il a commis.

Le trentenaire a été reconnu coupable d'assassinats, séquestration, prise d'otages, contrainte sexuelle, actes d'ordre sexuel avec un enfant, pornographie, extorsion de fonds, incendie intentionnel et actes préparatoires. Le 21 décembre 2015, il a égorgé une mère de famille de 48 ans, ses deux fils de 19 et 13 ans et la petite amie de l'aîné, âgée de 21 ans, à leur domicile familial après d'être introduit dans leur maison sous un faux prétexte.

L'assassin a aussi abusé sexuellement du fils cadet. Il a ensuite mis le feu à la maison. Il a été arrêté en mai 2016 à Aarau. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion