Groenland: Déjà de la vie sur Terre il y a 3,7 milliards d'années!
Actualisé

GroenlandDéjà de la vie sur Terre il y a 3,7 milliards d'années!

Des fossiles démontrent la présence de formes de vie sur Terre, il y a 3,7 milliards d'années. Soit 220 millions d'années plus tôt que la dernière découverte.

Ces traces fossilisées d'une longueur de un à quatre centimètres étaient piégées dans des roches à Isua.

Ces traces fossilisées d'une longueur de un à quatre centimètres étaient piégées dans des roches à Isua.

photo: Keystone

Ces traces fossilisées d'une longueur de un à quatre centimètres étaient piégées dans des roches à Isua, dans le sud-ouest du Groenland. Leur datation a permis cette conclusion.

«Cela indique qu'il y a 3,7 milliards d'années, la Terre n'était plus une sorte d'enfer», a déclaré à Reuters Allen Nutman, de l'Université australienne de Wollongong. Ce dernier a participé aux travaux publiés dans la revue Nature. «C'était au contraire un endroit où la vie pouvait prospérer.»

Si cette découverte est confirmée, cela fera remonter de 220 millions d'années en arrière les premières traces de vie sur Terre.

Mars aussi

Notre planète s'est formée il y a environ 4,6 milliards d'années. La sophistication des fossiles découverts, des amas bactériens dénommés stromatolithes, indique que la vie s'est assez rapidement développée après la fin du bombardement de la Terre par des astéroïdes, il y a quatre milliards d'années.

«Les stromatolithes contiennent des milliards de bactéries, ils sont l'équivalent d'immeubles d'appartements», compare Martin Van Kranendonk, chercheur à l'Université de Nouvelle-Galles du Sud associé à la précédente identification des plus anciennes traces de vie. Celle-ci était datée d'il y a 3,48 milliards d'années.

Pour les chercheurs, cette découverte a une autre portée: à l'époque, les conditions sur Terre étaient probablement similaires à celles qui régnaient alors sur Mars. De ce fait, estiment-ils, il est possible aussi que la vie se soit développée sur la planète Rouge.

«Subitement, Mars pourrait être bien plus prometteur qu'avant quant à son potentiel de réceptacle de vie passée», note Abigail Allwood, du California Institute of Technology, dans un commentaire publié par la revue Nature. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion