Actualisé 26.09.2018 à 04:44

Succession Schneider-Ammann

«Déjà pas mal» d'avoir 3 latins au Conseil fédéral

Pour l'historien Olivier Meuwly, un PLR Romand ne pourra pas succéder à Johann Schneider-Ammann.

Le cas de figure de voir un PLR romand succéder à Johann Schneider-Ammann paraît «littéralement impossible», estime l'historien Olivier Meuwly. Il signifierait la présence de quatre latins au Conseil fédéral, «ce qui ne s'est jamais vu».

A l'heure du passage en revue de successeurs potentiels, il n'y a d'ailleurs guère de noms à même d'émerger sur le plan romand, relève cet expert du Parti libéral-radical (PLR) contacté par Keystone-ATS. Y songer impliquerait de se lancer dans une «bagarre hasardeuse», ce d'autant plus que la tradition veut que le PLR dispose d'un Alémanique et d'un Romand ou d'un latin (aujourd'hui Ignazio Cassis).

Déjà trois latins

Il y a déjà trois latins au Conseil fédéral (outre Ignazio Cassis, le socialiste fribourgeois Alain Berset et l'UDC vaudois Guy Parmelin). «Et c'est déjà pas mal», note Olivier Meuwly. De plus, en Suisse romande, personne ne se distingue a priori, l'étoile du Genevois Pierre Maudet par exemple ayant pour le moins pâli ces dernières semaines, avec son affaire touchant son voyage controversé à Abou Dhabi.

Vidéo ATS: Qui succédera à Johann Schneider-Ammann?

Pierre Maudet avait pourtant accompli un «tour de chauffe» en tentant de briguer l'an dernier la succession du Neuchâtelois Didier Burkhalter. «A l'époque, la tentative pouvait s'assimiler à un investissement dans l'avenir», rappelle l'historien. Depuis peu, les choses ont changé.

Isabelle Moret

Quant au Vaudois Pascal Broulis, il est lui-même aussi au centre d'une affaire de voyages offerts en Russie. Et le PLR cantonal à «d'autres chats à fouetter» avec l'éventuelle succession du socialiste Pierre-Yves Maillard au gouvernement cantonal, si ce dernier venait à être élu le 1er décembre président de l'Union syndical suisse (USS).

Au mieux, seul le nom de la Vaudoise Isabelle Moret, en course aussi pour remplacer Didier Burkhalter il y a un an, pourrait émerger, avance Olivier Meuwly. Mais, eu égard au contexte particulier à la succession de Johann Schneider-Ammann, les candidates et candidats potentiels sont véritablement à aller chercher en Suisse alémanique. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!