Jura: Delémont veut contribuer à la relance économique
Actualisé

JuraDelémont veut contribuer à la relance économique

La ville de Delémont entend investir près de treize millions de francs supplémentaires d'ici 2012 à titre de relance économique.

La vingtaine de projets présentés vendredi par les autorités concernent presque exclusivement le secteur de la construction.

Les investissements prévus vont de la rénovation et de l'agrandissement de bâtiments publics à l'extension de la zone industrielle en passant par la construction d'un toboggan et la piscine communale. Le développement d'énergies renouvelables est également au programme du chef-lieu jurassien, qui affichait à fin mars un taux de demandeurs d'emploi en forte hausse à 9,8 %.

Au lieu des 30,2 millions de francs prévus pour les quatre prochaines années, ce sont 43 millions qui seront dépensés, s'est réjoui le maire Pierre Kohler. La réalisation de la grande partie des projets est agendée pour 2010 et 2011 car le secteur de la construction se porte encore bien, a-t-il relevé.

Ces annonces interviennent trois jours avant que le canton dévoile son propre plan de relance. L'ancien ministre jurassien a précisé que la commune a «rapidement voulu mener une politique anticyclique, indépendamment du canton», même si des projets seront réalisés conjointement.

Keynes à la lettre

Pour le maire, ces investissements permettront non seulement «de combattre le pessimisme ambiant», mais également «de rendre la ville plus attractive» afin d'attirer de nouveaux contribuables. En attendant, la ville qui affichait l'an dernier un déficit de 1,65 million va continuer à s'endetter, a reconnu M. Kohler.

Désirant appliquer à la lettre les théories anticycliques de Keynes, le maire de Delémont entend assainir les finances lors de la prochaine période de haute conjoncture.

Projets revus

Parmi les projets retenus figurent des crédits pour un centre de jeunesse, la rénovation de la salle St-Georges et la couverture du déficit annuel de la patinoire. Trois projets rejetés l'automne dernier par les citoyens qui avaient refusé de voir augmenter leurs impôts pour les financer.

La charge fiscale ne sera cette fois pas relevée, a assuré le maire. La salle St-Georges sera simplement rénovée et pas transformée en salle de spectacles comme prévu initialement. Les autorités communales préfèrent construire une nouveau lieu dédié aux arts de la scène, idéalement en lien avec le projet idoine interjurassien.

(ats)

Ton opinion