Actualisé 11.09.2008 à 23:22

Demaison: «Pour jouer Coluche, j'ai pris 15 kilos»

François-Xavier Demaison réussit un tour de force en incarnant Coluche au cinéma, dans un film qui sort le 15 octobre.

Le film d'Antoine de Caunes, «Coluche, histoire d'un mec», est précédé par une rumeur élogieuse. Jeudi, son acteur principal était interviewé par «20 minutes» dans «Les Patriotes» sur Rouge FM.

– François-Xavier Demaison, le 11 septembre 2001, vous avez vu les attentats depuis votre bureau de fiscaliste à New York. Sept ans après, le souvenir est-il toujours aussi précis?

– C'est un jour qui a marqué le monde. Ces images à la télé, je les ai vécues. J'ai croisé dans les rues ces personnes recouvertes de cendres, j'ai vu cette fumée noire qui recouvrait Manhattan, c'était apocalyptique. Pendant trente secondes, je me suis dit que c'était la fin du monde. Ce choc a accéléré ma prise de conscience: je n'étais pas un fiscaliste mais un clown. En somme, je ne voulais plus perdre ma vie à la gagner.

– Quand vous entendez Jean-Marie Bigard défendre une théorie du complot concernant ces attentats, comment réagissez-vous?

– Je ne sais pas ce qu'il fume, mais j'en veux... Le problème des humoristes, c'est quand ils cessent de nous faire rire, et avoir une opinion politique sans être drôle.

– Quand De Caunes vous a proposé le rôle de Coluche, comment avez-vous réagi?

– Je me suis dit qu'il était fou. Mais c'était un cadeau empoisonné que je ne pouvais pas refuser. J'ai tellement adoré Coluche, j'étais tellement fou de ce qu'il faisait et j'ai tellement pleuré à sa mort que je me suis convaincu que cette proposition était magique. A ce moment, je ne me rendais pas compte de la responsabilité que je m'étais mise sur les épaules. Mais je me suis lancé à fond. J'ai pris 15 kilos, je me suis fait teindre les cheveux, épiler les sourcils. Le travail de préparation a duré un an.

– Ce film raconte la vie de Coluche au moment de sa candidature lors des élections présidentielles de 1981. Avez-vous rencontré l'ex-épouse de Coluche, Véronique, ou leurs deux fils, Romain et Marius?

– Antoine de Caunes a parlé tout de suite du projet à Véronique et elle a participé à toutes les étapes du scénario. Je l'ai rencontrée après et elle a été bienveillante avec moi. Quant aux deux fils, j'ignore leur réaction. Moi, si on faisait un film sur mon père, j'imagine que ça ne serait pas évident.

– Après avoir joué Coluche, qu'avez-vous appris sur lui qui vous a surpris?

– Dans ce film, on découvre la face sombre de Coluche et son humanité. Non seulement c'était un artiste exceptionnel, mais c'était un type d'une intelligence instinctive énorme et un type profondément attachant. Voilà ce qui m'a le plus marqué.

– Michel Colucci, dit Coluche, a été enterré au cimetière de Montrouge, à Paris. Vous êtes-vous recueilli sur sa tombe?

– Non, par contre pour me l'approprier, j'ai énormément travaillé sur les DVD des spectacles et les images de télévision.

– La rumeur est très bonne quant à votre interpétation. Alors: Coluche pour François-Xavier et le César en février?

– Je vais toucher du bois...Mais j'ai déjà été très touché que Michel Drucker m'appelle hier. J'ai cru d'abord à une blague. Il m'a félicité et m'a dit: «Vous êtes extraordinaire, ça fait vingt ans que je n'avais pas vu ça au cinéma.» Une autre chose qui m'a touchée, c'est qu'un des musiciens historiques de Coluche, qui m'accompagnent quand je chante dans le film, m'a lancé: «Mais c'est pas vrai, c'est Michel dans le corps d'un autre!»

– François-Xavier Demaison, votre nom fait croire que vous avez des origines dans l'aristocratie. C'est le cas?

– Pas du tout, ma grand-mère était femme de ménage dans la Creuse!

– Le monde du show-business peut rendre fou. Quels sont vos garde-fous?

– Le public et ma femme. Le public, parce que je ne peux pas faire n'importe quoi devant lui. Et ma femme, Emmanuelle, qui est extrêmement autoritaire et porte la culotte à la maison.

– Pour finir, commentez ces trois sujets d'actualité. Le premier: la Suisse a été battue par le Luxembourg à son deuxième match de qualification pour le Mondial 2010.

– Pour une fois que c'est pas la France qui perd... A mon avis, Raymond Domenech doit être consultant dans l'équipe de Suisse!

– Jean Sarkozy s'est marié à Neuilly.

– Tous mes vœux de bonheur. Cela nous rend heureux, ça nous fait oublier la baisse du pouvoir d'achat, le chômage et que l'équipe de France de foot n'est plus celle de 1998.

– La «Star Academy» commence vendredi prochain.

– J'en ai marre de la «Star Academy», je ne la supporte plus, ils chantent de moins en moins bien. Franchement je préfère «Nouvelle star».

Pascal Pellegrino

Regardez la bande-annonce:

François-Xavier Demaison jouera son dernier spectacle en solo, «Demaison s’envole», le dimanche 26 octobre à 17 h au Théâtre du Léman à Genève (loc.: Fnac) et le lundi 27 octobre à 20 h 30 au Théâtre de Grand-Champ à Gland (loc.: 022 364 24 34).

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!