Crise migratoire: Démantèlement d'un vaste réseau de passeurs
Actualisé

Crise migratoireDémantèlement d'un vaste réseau de passeurs

Un important réseau de passeurs de migrants clandestins de diverses nationalités a été démantelé.

Une enquête de dix mois a été menée afin d'intercepter les individus.

Une enquête de dix mois a été menée afin d'intercepter les individus.

photo: AFP

Un important réseau de passeurs de migrants clandestins, originaires de divers continents et tentant de se rendre aux Etats-Unis, a été démantelé en Colombie à la frontière de l'Equateur. Quinze personnes ont été arrêtées, ont annoncé les autorités.

«Au cours de l'opération, menée à l'aube dans différents quartiers de la ville d'Ipiales, a été démantelé l'un des plus importants réseaux de trafiquants de migrants du sud du pays, surnommé Los Coyotes», a indiqué le service colombien des migrations dans un communiqué.

L'enquête a permis d'«identifier une nouvelle modalité de transport illégal d'étrangers, consistant à les dissimuler dans des camions de marchandises partant d'Ipiales vers Medellin», deuxième ville de Colombie. Elle a été menée pendant plus de 10 mois avec l'appui du département américain de Sécurité diplomatique.

«Environ 1500 dollars»

Chaque migrant devait payer au minimum «environ 1500 dollars», voire le double si un passeur l'accompagnait pour ce trajet d'une quinzaine d'heures entre Ipiales et Medellin, située à environ 885 km. «Ce réseau repérait les étrangers dans la zone frontalière avec l'Equateur et les faisaient passer, de manière clandestine, pendant la nuit, via plus de 60 points entre les deux pays», selon la même source.

Los Coyotes sont soupçonnés d'avoir fait passer irrégulièrement, depuis le début de l'année, plus de 2000 étrangers interpellés dans différentes régions de Colombie.

Parmi les 15 membres du réseau arrêtés vendredi figurent le chef présumé de la bande, Argemiro Valverde Ceballos, alias Alvarito, et deux femmes. L'une d'entre elles est surnommée La Reina, apparemment chargée d'organiser l'hébergement et l'alimentation des migrants à leur arrivée à Ipiales.

Dix-neuf perquisitions

Au cours des 19 perquisitions effectuées pendant l'opération, des passeports de différentes nationalités, des cartes d'identité équatoriennes, ainsi que de l'argent liquide ont été saisis, a précisé Luis Felipe Murgueitio, sous-directeur du service des migrations.

Depuis janvier dernier, environ 8000 migrants sont entrés clandestinement en Colombie. Ils venaient de Cuba et d'Haïti, mais aussi d'Afrique et d'Asie, la majorité est arrivée par le sud du pays dans le but de rallier les Etats-Unis via l'Amérique centrale. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion