Brésil: Démission d'un ministre au coeur d'un scandale
Actualisé

BrésilDémission d'un ministre au coeur d'un scandale

Geddel Vieira Lima a été emporté par une nouvelle affaire de corruption présumée.

1 / 131
La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

Keystone
Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Keystone
A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

Keystone

Le ministre brésilien des Relations avec le Congrès, Geddel Vieira Lima, a démissionné vendredi. Il a été emporté par une nouvelle affaire de corruption présumée qui menace d'affaiblir le gouvernement et le président Michel Temer.

Le parquet avait annoncé auparavant qu'il envisageait l'ouverture d'une enquête sur des soupçons de pressions de Michel Temer sur Marcelo Calero, son ministre de Culture jusqu'à la semaine dernière, pour favoriser un projet immobilier de Geddel Vieira Lima.

Une source proche de la présidence avait ensuite déclaré que Michel s'apprêtait à limoger ce dernier. «Il ne peut pas rester», avait dit ce conseiller.

Vieira Lima nie toute pression

Marcelo Calero, qui a démissionné vendredi dernier, a déclaré à la police fédérale que le président lui avait demandé de résoudre un différend portant sur la demande de permis de construire d'un immeuble de 30 étages en front de mer dans un quartier historique classé de Salvador, sa ville d'origine, dans lequel Vieira Lima a acheté un appartement.

Vieira Lima a reconnu avoir discuté du sujet avec Calero mais il a nié toute pression. Le quotidien Estado de S.Paulo a rapporté vendredi que Calero avait enregistré des conversations sur le sujet avec Temer et Vieira Lima.

Si le parquet mettait au jour des éléments susceptibles de justifier une procédure judiciaire visant le président, il devrait demander l'autorisation préalable de la Cour suprême.

Nouvelle déstabilisation du pouvoir?

L'affaire inquiète les investisseurs, qui craignent une nouvelle déstabilisation du pouvoir à Brasilia quelques mois seulement après la destitution de Dilma Rousseff.

Certains estiment que l'affaire Vieira Lima pourrait freiner le processus d'assainissement des finances publiques et la sortie de l'économie brésilienne de sa pire récession depuis les années 1930.

L'indice boursier Bovespa perdait 0,56% vers 13h15 GMT (14h15 heure suisse) et le real cédait plus de 1% face au dollar à 3,4335. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion