Afghanistan-Pakistan: Démission de l'envoyée spéciale des Etats-Unis
Actualisé

Afghanistan-PakistanDémission de l'envoyée spéciale des Etats-Unis

Suite à la volonté de Donald Trump de réduire le budget de la diplomatie américaine, le poste pourrait ne pas être repourvu.

(Image prétexte) L a démission de Laurel Miller a été révélée par un responsable du Département d'Etat, couvert d'anonymat. (Samedi 24 juin 2017)

(Image prétexte) L a démission de Laurel Miller a été révélée par un responsable du Département d'Etat, couvert d'anonymat. (Samedi 24 juin 2017)

Keystone

L'envoyée spéciale des Etats-Unis en Afghanistan et au Pakistan a démissionné vendredi et personne n'a été nommé pour la remplacer, au moment même où l'armée américaine se prépare à déployer des troupes supplémentaires dans la région. Le président républicain Donald Trump veut réduire le budget de la diplomatie américaine.

Plusieurs postes supprimés

Laurel Miller a quitté son poste, a indiqué un responsable du Département d'Etat, sous couvert d'anonymat. Selon la porte-parole du Département d'Etat (ministère des affaires étrangères) Heather Nauert, Mme Miller retourne au centre de réflexion Rand Corporation, et le secrétaire d'Etat Rex Tillersion n'a pas encore décidé ce qu'il allait faire de son poste.

Ce poste avait été créé avec l'idée que le conflit en Afghanistan et la situation au Pakistan étaient inextricablement liés et devaient être traités ensemble. Mais le président républicain Donald Trump s'est engagé à réduire le budget de la diplomatie américaine et Rex Tillerson a prévu de supprimer plusieurs postes d'envoyés spéciaux.

L'Afghanistan et le Pakistan relèveront désormais du département de l'Asie du Sud et de l'Asie centrale, qui couvre une zone beaucoup plus vaste, incluant l'Inde. La direction de ce département est elle-même vacante, faute de nomination par la nouvelle administration.

Grande latitude à l'armée

La décision concernant l'Afghanistan et le Pakistan fait partie d'un réexamen général au sein de la diplomatie américaine, a assuré un autre haut responsable, également sous couvert d'anonymat. M. Tillerson estime que le conflit sera mieux traité au niveau régional, a poursuivi cette source, arguant qu'il était logique de considérer l'Inde comme faisant partie de l'équation.

M. Trump a donné au commandement militaire américain une grande latitude pour décider des mesures concernant la guerre en Afghanistan. Débutée il y a 16 ans, il s'agit de la plus longue guerre de l'histoire des Etats-Unis.

Le ministre américain de la Défense Jim Mattis prévoit, selon des informations de presse, de déployer jusqu'à 5000 soldats supplémentaires en Afghanistan. Ils devront renforcer les capacités de l'armée afghane afin de venir à bout de l'insurrection des talibans. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion