14.10.2018 à 18:07

LausanneDénoncé à tort, un prof de l'EPFL contre-attaque

Après avoir été blanchi d'une accusation de harcèlement moral, l'enseignant a porté plainte contre le lanceur d'alerte.

de
xfz
Un prof de l'EPFL porte plainte pour calomnie contre un lanceur d'alerte.

Un prof de l'EPFL porte plainte pour calomnie contre un lanceur d'alerte.

Keystone

Le Ministère public a exigé que l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) lui remette toutes les informations en sa possession, dans le cadre d'une affaire de calomnie dénoncée par l'un de ses professeurs. Ce dernier avait été accusé à tort de harcèlement moral et a donc choisi de contre-attaquer en justice.

Le nombre d'accusations visant les professeurs est en augmentation au sein de l'EPFL, depuis 2017. Selon un article de la «NZZ am Sonntag», l'école a ouvert huit enquêtes administratives au cours des deux dernières années: deux pour agression, une pour un diplôme litigieux et cinq pour inconduite scientifique. A titre de comparaison, il y avait eu un total de neuf cas sur les dix années précédentes.

Médiatisation et sensibilisation

Pour Martin Vetterli, le président de l'EPFL, c'est lié à deux facteurs: la forte médiatisation d'un cas de harcèlement à l'EPFZ d'une part et la campagne de sensibilisation menée par l'EPFL auprès de ses collaborateurs. En outre, il souligne que sur les 17 dernières enquêtes, seulement 6 ont donné lieu à des sanctions.

Reste que les lanceurs d'alerte sont censés bénéficier de l'anonymat, afin de faciliter la dénonciation de mauvais comportements. «Les membres du corps professoral exposés à des accusations infondées ont le droit de défendre leur réputation», a soutenu le président de l'EPFL dans la «NZZ am Sonntag».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!