Corsier-sur-Vevey (VD) : Dénoncés, des acrobates jugent qu'on les discrimine
Actualisé

Corsier-sur-Vevey (VD) Dénoncés, des acrobates jugent qu'on les discrimine

Empêché par la police de venir pratiquer du slackline sous un pont,
un instructeur s'insurge. Les autorités s'expliquent.

par
Frédéric Nejad Toulami
1 / 5
kein Anbieter
kein Anbieter
kein Anbieter

«Nous sommes regroupés au sein d'une association d'adeptes de slackline, reconnue par les autorités. Mais on nous empêche de venir pratiquer notre activité sous le pont de Fenil, alors qu'on peut en faire au pont de Geuroz, en Valais, et à Genève.» Instructeur de slack­line, Lyell est déçu. Lui et une dizaine d'autres adeptes ont été dénoncés par la police fin novembre, pour «jeux dangereux», après un contrôle sur place. Il annonce qu'il fera recours contre l'amende.

Selon lui, en laissant des associations comme la sienne venir pratiquer des activités au pont, on permettrait de donner une nouvelle identité, positive, à ce lieu. Un moyen de lutter contre la triste réputation de ce viaduc, théâtre de nombreux suicides par le passé. Fin 2008, les communes de Corsier-­sur-Vevey et Saint-Légier ont d'ailleurs investi dans des rénovations avec des barrières rehaussées et dissuasives. Mais la présence humaine peut aussi empêcher certains, habités par de funestes volontés, de passer à l'acte, estime Lyell.

Oui, mais depuis plus d'un an, une chaîne a été posée sur une grille pour empêcher le libre accès à une passerelle de ce pont. Or, Lyell et ses amis passent par-dessus cette grille. «On ferait mieux de nous prêter la clé», estime le Veveysan. Réponse du syndic de Corsier, Franz Brun: «Il faut avant tout s'annoncer aux autorités, car si chacun s'imagine avoir le droit de pratiquer tout et n'importe où, ça peut devenir dangereux». Même son de cloche du côté de Ruben Melikian, commandant de Police Riviera: sans obtention d'une autorisation, il y a bien là violation du règlement intercommunal. Il souligne aussi que ceux qui recevront leur ordonnance pénale peuvent faire recours dans les délais, avec une demande d'être reçus par le Tribunal de police pour s'expliquer à ce sujet.

Voici des extraits vidéo de leurs performances:

Une pratique à la mode qui s'est démocratisée en plein air

Activité sportive mondialement pratiquée depuis des années, le slackline utilise notamment une sangle en polyester (slack) tendue entre deux ancrages: troncs d'arbre, piliers de pont, etc... Ce sport a lieu en plein air,

il se différencie du funambulisme par l'absence de balancier et de stabilisation de la sangle. Lorsqu'on en fait à une certaine hauteur, on parle de highline et il faut être alors assuré par une sangle, précise Lyell, qui souligne aussi que les normes de sécurité sont très élevées dans ce sport.

Ton opinion