France: Depardieu craignait «d'être tondu, comme après 45»
Actualisé

FranceDepardieu craignait «d'être tondu, comme après 45»

L'acteur regrette que la France soit devenue «une petite chose dont on ne parle plus», dans une interview à l'hebdomadaire «Le Point» parue jeudi.

Gérard Depardieu avait opté pour un exil fiscal en Belgique tout d'abord, en 2012, avant d'obtenir la citoyenneté russe en 2013.

Gérard Depardieu avait opté pour un exil fiscal en Belgique tout d'abord, en 2012, avant d'obtenir la citoyenneté russe en 2013.

«Je suis parti parce que j'avais l'impression qu'on allait me tondre. Comme après 45, comme un collaborateur», déclare Gérard Depardieu qui a opté pour un exil fiscal en Belgique tout d'abord, en 2012, avant d'obtenir la citoyenneté russe en 2013.

«Je suis un homme libre. Je ne veux pas, à 65 ans, payer 87% d'impôts. Je trouve ça normal de payer, mais pas à des cons qui pensent qu'ils font le bien», déclare-t-il à l'hebdomadaire, à l'occasion de la sortie d'un récit autobiographique, «Ca s'est fait comme ça» (XO Editions).

«Mais je suis pas parti! Je vais, je viens, je paie mes impôts partout où je travaille (...), je parle toujours français, j'apprends le russe, je dessine même des cuisines pour une marque russe, des cuisines modulables, avec des roulettes», précise-t-il.

Quant aux Français, ils «ont perdu leur bonheur, ils n'y croient plus. Ils ont même perdu leur ouïe, leur odorat, leur vitalité», ajoute le monstre sacré du cinéma français, qui se dit «pas mécontent que les Bretons aient foutu le feu, l'autre jour».

«Poutine est comme moi...»

«Depuis qu'ils ont fait sauter les péages, il y a une vraie âme qui revient», déclare l'acteur, faisant référence aux incendies provoqués fin septembre dans l'ouest de la France par des producteurs de légumes mécontents. Il regrette que la France soit «devenue une petite chose dont on ne parle plus».

Expliquant une nouvelle fois son amitié pour le président russe, il déclare: «Poutine, il est comme moi (...) Il arrive de loin et personne n'aurait misé un sou sur lui quand il était gosse. Ca aurait pu très mal tourner pour lui à Leningrad, où il est né et où il est devenu délinquant. Comme moi je vous dis!».

«Un grand VRP»

Enfin, il estime que l'Etat «n'a pas besoin de politicien à (sa) tête». «Ce qu'il nous faut, c'est un grand gestionnaire, un grand VRP qui nous représente à l'étranger», un rôle dans lequel excelle Nicolas Sarkozy, selon Gérard Depardieu.

L'ancien président «a trouvé la paix avec Carla (Bruni: Ndlr.), dont les chansons, intelligentes, me rappellent celles de mon amie Barbara», la chanteuse de «Dis, quand reviendras-tu?» décédée en 1997, rappelle le comédien. (ats)

Ton opinion