Publié

Covid-19Dépistage ordonné par le boss

Une employée ayant été en contact indirect avec une personne atteinte du Covid-19 a été sommée par son patron d’aller se faire dépister. Un employeur peut-il prendre de telles mesures? Décryptage.

par
Valentina San Martin
KEYSTONE

Mi-août, Laetitia (31 ans) a partagé un repas avec une collègue de bureau. Quatre jours après, elle apprenait que cette collègue avait été en contact avec une autre collaboratrice positive au Covid-19. L’ entreprise horlogère vaudoise qui emploie ces trois personnes a décidé que seuls les proches de l’infectée se feraient tester avant d’être placés en quarantaine. «Finalement, mon employeur a décrété que je devais aussi me faire dépister, alors que ce n’était pas prévu à la base», raconte Laetitia qui ne comprend pas ce revirement de situation. «Je n’ai eu strictement aucun contact direct avec la malade et aucun symptôme», précise-t-elle.

Après avoir passé le test, les résultats sont revenus négatifs pour Laetitia, tout comme pour la collègue avec qui elle avait mangé. Laetitia a même pu retourner au travail: «J’étais plutôt contente de ne pas devoir rester chez moi», confie la salariée. Son amie, elle, a dû rester en quarantaine, comme le prévoit la procédure sanitaire de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Un employeur pourrait même prendre la température de chaque employé à l’entrée de la place de travail s’il le voulait

Me Olivier Dunant, avocat spécialisé en droit du travail

Toutefois, s'il paraît logique qu’une personne en contact étroit avec un individu infecté soit envoyée chez un médecin, qu’en est-il des autres? Une entreprise est-elle en droit d’envoyer ses collaborateurs se faire tester? Si d’aventure un travailleur a été en contact proche ou non avec une personne infectée, l’employeur peut l’envoyer à l’hôpital. «Légalement, l’employeur doit protéger tous ses collaborateurs. De ce fait, il pourrait même prendre la température de chaque employé à l’entrée de la place de travail s’il le voulait», explique Me Olivier Dunant, avocat spécialisé dans le droit du travail. Cependant, un employé pourrait refuser de se soumettre à ces mesures, en invoquant notamment la loi sur la protection des données. Mais ce ne serait pas dans son intérêt: «Dans ce cas, le Médecin cantonal pourrait demander une quarantaine et si le télétravail n’est pas possible, le collaborateur ne percevrait pas de salaire», précise l’avocat.

*Prénom d’emprunt

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
309 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

ridicule

09.09.2020 à 10:00

Être en quarantaine sans symptômes, faire le test sans symptômes.... Ça tourne vraiment au ridicule !!!!!! Oui oui on peut être porteur sans symptômes.... Mais sans symptômes pas de contagion.... Le pire C est que les médecins le savent très bien. Bref.... Me rejoui de hiver et de devoir mettre toutes les grippes et les refroidissements 14 jours à la maison... Trop bien

Joran Dagobin

09.09.2020 à 09:57

Les patrons sont tous les mêmes, seulement profiter des employeurs

Moi aussi je suis avocat

09.09.2020 à 09:43

Donc il y a un avocaillon pseudo spécialiste qui donne son avis et tout le monde prend ça pour argent comptant? Le mec est payé par une association patronale pour vous mettre ces fausses idées la tête. N'y croyez pas une seconde. Même si c'est publié dans le 20 minutes, journal d'habitude très sérieux dans ses sources d'informations. lol.