Crash A320: Dépression de Lubitz: la police du ciel ne savait pas
Actualisé

Crash A320Dépression de Lubitz: la police du ciel ne savait pas

L'Autorité allemande de supervision du transport aérien (LBA) assure n'avoir pas été informée de la dépression du copilote de l'A320, soupçonné d'avoir provoqué le crash de l'Airbus.

1 / 124
20.05 Le président de l'ordre allemand des médecins estime que la la compagnie Lufthansa a «failli» en ne contrôlant pas Lubitz.

20.05 Le président de l'ordre allemand des médecins estime que la la compagnie Lufthansa a «failli» en ne contrôlant pas Lubitz.

AFP/Christof Stache
04.04 Des proches de victimes du crash de la Germanwings sont outrés par le faire-part de remerciements des parents du copilote Andreas Lubitz. Ils y clament leur amour pour leur défunt fils et leurs «peur et incompréhension» sans pour autant évoquer directement le drame ni les 149 victimes.

04.04 Des proches de victimes du crash de la Germanwings sont outrés par le faire-part de remerciements des parents du copilote Andreas Lubitz. Ils y clament leur amour pour leur défunt fils et leurs «peur et incompréhension» sans pour autant évoquer directement le drame ni les 149 victimes.

23.03 A la veille de l'anniversaire du crash de la Germanwings, des proches des 149 victimes se sont réunis mercredi à Barcelone et à Düsseldorf, points de départ et destination de l'avion que le copilote avait précipité sur une montagne en France.

23.03 A la veille de l'anniversaire du crash de la Germanwings, des proches des 149 victimes se sont réunis mercredi à Barcelone et à Düsseldorf, points de départ et destination de l'avion que le copilote avait précipité sur une montagne en France.

Albert gea

Une porte-parole de la LBA a déclaré dimanche à l'AFP que Lufthansa, maison mère de Germanwings, ne leur avait transmis «aucune information sur le passé médical» d'Andreas Lubitz. Elle n'aurait eu accès à son dossier que trois jours après le crash.

Une porte-parole de la LBA a déclaré que Lufthansa, maison mère de Germanwings, ne leur avait transmis «aucune information sur le passé médical» du copilote.

Les médecins de Lufthansa qui l'ont examiné n'ont notamment pas alerté les autorités d'une «phase de grave dépression», a souligné la porte-parole, confirmant des informations du journal allemand Welt am Sonntag.

La LBA n'a eu accès au dossier du copilote au centre médical de la Lufthansa que le 27 mars, soit trois jours après le crash, a-t-elle ajouté.

Examiné 6 fois depuis 2009

D'après le Welt am Sonntag, le copilote a été examiné au moins six fois par des médecins de Lufthansa à partir de 2009.

C'est au cours de cette année qu'il a informé l'école de pilotage de la compagnie, alors qu'il reprenait sa formation après une longue absence médicale, qu'il avait connu un «épisode dépressif sévère», a reconnu le transporteur aérien la semaine dernière.

Un examen psychologique a été réalisé en 2009, mais aucun autre depuis, affirme le journal.

Lufthansa ne commente pas

Lufthansa a refusé de commenter ces informations, a précisé le journal, en raison de l'enquête en cours sur les circonstances du crash.

Le parquet de Düsseldorf avait affirmé la semaine dernière que le copilote avait «été en traitement psychothérapeutique pour des tendances suicidaires il y a de nombreuses années», avant l'obtention de son brevet de pilote.

Après cela et «jusqu'à récemment, d'autres consultations chez le médecin ont eu lieu, donnant lieu à des arrêts maladie mais sans que ne soient attestées des tendances suicidaires ou de l'agressivité à l'égard d'autrui», avait précisé le procureur de Düsseldorf, Ralf Herrenbrück.

Par ailleurs, selon le quotidien populaire Bild, le copilote a été impliqué dans un accident de voiture fin 2014 et en a gardé des séquelles, notamment des problèmes de vue. (afp)

Ton opinion