Suisse: Depuis la nouvelle loi, seul un fumeur sur dix a arrêté
Actualisé

SuisseDepuis la nouvelle loi, seul un fumeur sur dix a arrêté

Griller une cigarette dans un lieu public n'est plus permis depuis 2010. Pourtant, peu de gens en ont profité pour abandonner le tabac.

par
jbm

Pour la première fois, une étude montre l'impact de l'interdiction de fumer dans les lieux publics - comme les restaurants ou les bars - entrée en vigueur en 2010 après un changement de la loi. Deux ans après la mise en œuvre des mesures contre la fumée passive, un fumeur sur dix en a profité pour cesser définitivement d'en griller une. «J'ai été surpris qu'il n'y ait pas eu plus de gens qui arrêtent», confie dans la «Schweiz am Sonntag» Stefan Bose, coauteur de l'étude et professeur d'économie de la santé à l'Université de Lucerne.

Selon ce spécialiste, l'interdiction de fumer a été efficace pour ceux qui fréquentent les restos et les bars, mais pas forcément auprès des jeunes ou des gros fumeurs. Ce résultat est pondéré par Yvonne Gilli, conseillère nationale (PES/SG) et médecin, qui avait milité en faveur de la nouvelle loi. «Même s'il n'y a que 10% des gens qui ont changé de comportement, la mesure est efficace», commente-t-elle.

Pour Mona Neidhart, porte-parole de l'Office fédéral de la santé publique, «le but est aujourd'hui pleinement atteint». Elle rappelle que la loi avait pour but de protéger les gens contre la fumée passive. En 2008, 21% de la population y était exposée 7 heures par semaine. Cette proportion est tombée à 6,2% en 2012. Pour arriver à une baisse significative du nombre d'accros à l'herbe à Nicot, il faut un ensemble d'actions, comme «des mesures sur la publicité et la vente de tabac aux jeunes», note Barbara Weber, de la Ligue pulmonaire.

Ton opinion