Actualisé 18.06.2018 à 21:16

Lampe halogène Députées verte et UDC unies pour la lumière saine

Deux élues de camps adverses font front commun contre la fin annoncée de la vente des ampoules halogènes.

par
vde/jbm
Ce type darticle doit disparaître des rayons en septembre.

Ce type darticle doit disparaître des rayons en septembre.

Istock

Le 1er septembre, la plupart des lampes halogènes ne seront plus en vente. La Suisse devrait ainsi emboîter le pas à l'Union européenne, qui a appliqué cette décision après un report de trois ans. Les magasins auront encore une bonne année pour écouler leurs stocks. Deux conseillères nationales alémaniques que tout oppose, Yvette Estermann (UDC/LU) et Regula Rytz (Les Verts/BE), veulent que Berne reporte l'interdiction des ampoules halogènes, a rapporté l'«Ostschweiz am Sonntag». Ce ne sont pas moins de cinq interventions qui demandent au Conseil fédéral de ne pas tirer la prise.

Lumière bleutée nocive?

A l'origine de la préoccupation commune d'Yvette Estermann et de Regula Rytz: l'effet des LED, principale alternative aux halogènes, sur la santé. Ce qui inquiète les parlementaires, c'est la lumière bleue des dispositifs LED, lesquels influenceraient négativement le sommeil. Ces considérations se fondent sur une étude du Centre de chronobiologie de l'Université de Bâle, selon laquelle une surdose de lumière bleue détraque l'horloge biologique. Ceux qui y sont exposés restent éveillés trop longtemps. Les politiciennes voudraient que des études sur de possibles méfaits des LED soient lancées par la Confédération avant l'abandon des halogènes, même si cela permettrait des économies d'énergie.

Et si Berne n'entre pas en matière, Yvette Estermann a la solution: «Faites comme moi, faites des stocks!»

Mise en garde de l'Office de la santé

Les LED font appel à une technologie qui ne permet pas de produire directement de la lumière blanche: pour que l'il interprète leur lumière comme telle, ces lampes émettent des composantes jaunes et bleues. Or, la lumière bleue peut endommager la rétine en cas d'exposition trop longue ou d'intensité trop élevée. Il importe donc que ces lampes n'induisent pas de dépassement de la valeur limite d'exposition à la lumière bleue, valeur qui sera atteinte plus ou moins vite selon l'intensité du rayonnement bleu émis, rappelle l'Office fédéral de la santé publique.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!