Dérapage d'un contrôle dans un bus lausannois?
Actualisé

Dérapage d'un contrôle dans un bus lausannois?

Démenti des Transports publics. Ils ont contesté hier une information sur un contrôle qui aurait mal tourné, relatée dans «La Liberté».

Andres* était sur la place Chauderon lundi vers 14 h. «Des contrôleurs des Transports publics lausannois (TL) ont plaqué au sol un probable resquilleur d'origine étrangère. L'individu à terre s'est débattu et a hurlé, étouffé par les deux agents.»

Vive réaction hier de Klaus Schaefer, porte-parole des TL. Il dément les accusations reprises en partie dans la presse. «Nous avons un autre témoin qui confirme notre version des faits. Le resquilleur a frappé un contrôleur, qui a dû réagir. Il a déposé une plainte. Nous appliquons le même traitement aux Suisses et aux étrangers.»

Dans ce genre de situation, les contrôleurs ont le «droit de vérifier l'identité». Ils peuvent aussi faire «un usage proportionné de la force» si la personne tente de fuir, en attendant la police. Celle-ci est arrivée après les faits.

L'affaire interpelle Karl Grünberg, secrétaire général de ACOR SOS Racisme. «Les TL me semblent sous-estimer la brutalité du contrôle suggérée par les photos prises par un témoin.» De manière plus générale, il s'inquiète de la banalisation de la violence envers la communauté étrangère en Suisse. «Nous communiquerons nos préoccupations à la Municipalité de Lausanne et aux Transports publics. Ces derniers ont indiqué avoir lancé une enquête interne. C'est encourageant.»

* Prénom fictif

Dominique Botti

Ton opinion