Actualisé 24.11.2009 à 13:19

flagrant délitDérapage raciste de Jacques Chirac?

L'ancien président français Jacques Chirac a été filmé par une chaîne de télévision alors qu'il tenait un propos ambigu sur un jeune homme noir qui l'avait abordé lors d'un déplacement dans le Sud-Ouest.

de
fab

L'ancien président français a tenu des propos jugés «intolérables» par le Parti socialiste, alors qu'il se baladait à Bordeaux accompagné par des journalistes qui ont filmé la scène.

Après une séance de dédicaces et un repas en compagnie d'Alain Juppé, maire de la ville, Jacques Chirac s'est baladé dans Bordeaux.

«Vous êtes d'où, vous ?», lui demande dans cette vidéo Jacques Chirac, qui se trouvait en compagnie d'Alain Juppé, son ex-Premier ministre, aujourd'hui maire de Bordeaux. «Je suis de Lormont», répond le passant. Alain Juppé précise que Lormont est une ville située près de Bordeaux.

Jacques Chirac et son ancien Premier ministre s'éloignent, puis l'ex-président souffle: «A mon avis, il est pas tout à fait né... natif de... enfin bon». «Il est pas Corrézien», répond Alain Juppé, en référence aux origines de Jacques Chirac, dont la Corrèze, département du centre de la France, a longtemps été le fief électoral.

«Jacques Chirac doit s'expliquer»

Contacté par le site LePost.fr, Faouzi Lamdaoui, secrétaire national à l'Egalité du PS a déclaré: «Je suis surpris par ce dérapage verbal. Franchement, je ne sais plus dans quel pays on vit... Ce sont des propos intolérables car discriminatoires. En France, la discrimination a pourtant valeur constitutionnelle. Il y a un arsenal juridique que tout le monde connaît. Après, il faut savoir si ces propos sont conscients ou inconscients...».

«Jacques Chirac doit s'expliquer. Il doit clarifier ses propos», a précisé le politicien français.

Avant lui, un certain Hortefeux

Jacques Chirac est le dernier en date des hommes politiques français à se faire piéger par des images de télévision. Des propos jugés racistes du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, filmés en marge d'une réunion du parti de droite UMP, avaient suscité un tollé en septembre, après leur diffusion sur l'internet.

Devant un jeune homme d'origine maghrébine, qui lui était présenté, Brice Hortefeux lançait sur le ton de la plaisanterie: «Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes». (fab/ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!