Drame de Magnanville: Dernier hommage au couple de policiers tués
Actualisé

Drame de MagnanvilleDernier hommage au couple de policiers tués

Le policier et sa compagne assassinés par un djihadiste vont être inhumés dans l'Hérault. Une foule importante est présente.

1 / 32
Deux personnes ont été placées en garde à vue mardi matin. L'enquête doit déterminer s'ils ont pu renseigner le tueur Larossi Abballa sur ses futures victimes. (12 février 2019)

Deux personnes ont été placées en garde à vue mardi matin. L'enquête doit déterminer s'ils ont pu renseigner le tueur Larossi Abballa sur ses futures victimes. (12 février 2019)

kein Anbieter
Six personnes, dont une policière et sa fille «radicalisée», ont été placées en garde à vue. Lundi 9 avril 2018)

Six personnes, dont une policière et sa fille «radicalisée», ont été placées en garde à vue. Lundi 9 avril 2018)

Keystone
Un maire lors de l'hommage à Mantes-la-Jolie. (Mardi 21 juin 2016)

Un maire lors de l'hommage à Mantes-la-Jolie. (Mardi 21 juin 2016)

AFP

Plusieurs centaines de personnes ont assisté lundi matin à Pézenas (Hérault) à un dernier hommage au couple de fonctionnaires de police assassinés dans les Yvelines le 13 juin par un djihadiste, , avant leur inhumation dans un cimetière voisin.

Les deux cercueils de bois clair, portés par des policiers, ont été exposés vers 10H00 sur la place de la mairie de la petite cité héraultaise située à une cinquantaine de kilomètres de Montpellier, où s'était massée une foule compacte --famille, amis, collègues policiers, anonymes ou élus.

Le maire de Pézenas Alain Vogel-Singer a évoqué la «rage», la «colère» et «l'émotion» des habitants de la ville, dont était originaire Jean-Baptiste Salvaing, un «enfant du pays» issu d'une famille protestante très impliquée dans la vie locale.

«Jessica et Jean-Baptiste sont à jamais dans nos coeurs», a pour sa part déclaré Yohan, un policier qui a travaillé avec les deux victimes à Mantes-la-Jolie puis aux Mureaux (Yvelines). «Vous pouvez être vraiment fiers d'eux», a-t-il ajouté en s'adressant aux enfants des victimes.

Des paroles de sagesse

Le père de Jean-Baptiste Salvaing, médecin à Pézenas, a quant à lui notamment cité Alphonse de Lamartine, puis repris les mots d'un autre poète, Alfred de Musset. La famille avait choisi des textes de Gandhi et Martin Luther King pour clore la cérémonie. Les mots du pasteur américain assassiné «J'affirme ma foi dans l'avenir de l'Humanité», ont notamment résonné à plusieurs reprises sous les platanes de la place de la mairie.

Le policier et sa compagne devaient être ensuite inhumés dans le cimetière de Montagnac, à 7 km de Pézenas.

Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, a été tué le 13 juin devant son pavillon. Le meurtrier, Larossi Abballa, a ensuite pris en otage son épouse, Jessica Schneider, âgée de 36 ans, qu'il a exécutée en présence de leur fils âgé de 3 ans et demi, retrouvé indemne mais en état de «sidération».

Un hommage national avait eu lieu vendredi à Versailles en présence de François Hollande. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion