Actualisé 29.09.2016 à 11:24

Valais

Dernier sursis pour Jean-Marie Cleusix

Le gouvernement valaisan annonce qu'en cas de «nouveau problème», l'ex-chef de l'enseignement sera licencié.

Jean-Marie Cleusix a fait une rentrée sans heurt au collège de St-Maurice (VS).

Jean-Marie Cleusix a fait une rentrée sans heurt au collège de St-Maurice (VS).

photo: Keystone

Comportements inadéquats et problématiques, dysfonctionnements au sein du service de l'enseignement: le gouvernement valaisan a livré jeudi son rapport sur Jean-Marie Cleusix. Il estime que son déclassement au poste d'enseignant constitue une sanction suffisante. Un rapport sera établi chaque année à son sujet.

«En cas de problème de comportement dans sa nouvelle activité, il sera procédé à son licenciement immédiat», a indiqué le Conseil d'Etat. Le gouvernement avait nommé un groupe de travail pour identifier d'éventuels griefs à l'encontre de l'ancien chef de service et de possibles dysfonctionnements au service de l'enseignement.

Jean-Marie Cleusix a quitté sa fonction de chef du service valaisan de l'enseignement, officiellement pour des raisons de santé, en juillet dernier. Depuis septembre, il enseigne au collège de St-Maurice (VS).

En 2015, le Conseil d'Etat lui avait infligé un blâme écrit pour avoir violé les devoirs de loyauté et de fidélité ainsi que l'obligation de réserve. Ceci dans le cadre d'une affaire autour d'un litige fiscal l'opposant à la commune de Leytron (VS). Il est notamment apparu que M. Cleusix, démissionnaire au lendemain de sa suspension, est allé jusqu'à fouiller nuitamment le bureau d'une collaboratrice. (nxp/ats)

A peine nommé chef du service de l'enseignement valaisan,en 2013, Jean Marie Cleusix a été pris dans la tempête médiatique de ses impôts prescrits. Des députés demandaient alors déjà sa suspension en novembre 2014. Blâmé en avril 2015, il a été accusé d'écrire des travaux pour des élèves afin de tester les profs. Il devait être suspendu à la suite d'une décision du conseil d'Etat le 26 juillet 2016. Il a démissionné pour raisons de santé le lendemain. Il est depuis la rentrée professeur au Collège de l'Abbaye de Saint Maurice, où une pétition sans suite a été lancée contre cette nomination. Le canton du Valais compte 12'000 fonctionnaires. «On doit tout le temps gérer de tels cas» explique Oskar Freysinger. Il refuse de traiter son ancien chef du service de l'enseignement comme un criminel.

A peine nommé chef du service de l'enseignement valaisan,en 2013, Jean Marie Cleusix a été pris dans la tempête médiatique de ses impôts prescrits. Des députés demandaient alors déjà sa suspension en novembre 2014. Blâmé en avril 2015, il a été accusé d'écrire des travaux pour des élèves afin de tester les profs. Il devait être suspendu à la suite d'une décision du conseil d'Etat le 26 juillet 2016. Il a démissionné pour raisons de santé le lendemain. Il est depuis la rentrée professeur au Collège de l'Abbaye de Saint Maurice, où une pétition sans suite a été lancée contre cette nomination. Le canton du Valais compte 12'000 fonctionnaires. «On doit tout le temps gérer de tels cas» explique Oskar Freysinger. Il refuse de traiter son ancien chef du service de l'enseignement comme un criminel.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!