Centrafrique: Des «actes horribles» contre les enfants
Actualisé

CentrafriqueDes «actes horribles» contre les enfants

L'Unicef s'est dit «horrifié» par «la cruauté des auteurs des meurtres et des mutilations d'enfants» en Centrafrique et indigné «par l'impunité dont ils jouissent».

«Ces dernières semaines ont été marquées par des niveaux de violence sans précédent contre les enfants lors d'attaques sectaires et de représailles menées par les milices (majoritairement chrétiennes) anti-balaka et d'ex-combattants Séléka (à dominante musulmane)», indique l'organisation dans un communiqué reçu vendredi par l'AFP.

«Les enfants sont de plus en plus ciblés en raison de leur religion, ou en raison de la communauté à laquelle ils appartiennent», selon le directeur régional de l'Unicef pour l'Afrique de l'Ouest et centrale, Manuel Fontaine, cité dans le texte.

«Un pays où des adultes peuvent, en toute impunité, cibler cruellement des enfants innocents n'a pas d'avenir, a-t-il ajouté. Il est impératif de mettre fin à l'impunité.» «Au moins 133 enfants ont été tués et mutilés, certains d'une manière particulièrement horrible, alors que la violence ethno-religieuse ne cesse de s'intensifier depuis deux mois», selon la même source.

«L'Unicef a ainsi vérifié les cas d'enfants décapités et mutilés intentionnellement et sait que des enfants blessés lors de fusillades ont dû se faire amputer parce que l'insécurité les a empêchés de se rendre à l'hôpital à temps pour un traitement», rappelle le communiqué.

«Tous les groupes ont commis des actes de violence, mais le ciblage tout récent des populations musulmanes a entraîné l'évacuation de communautés entières et une augmentation significative du nombre d'enfants non accompagnés, séparés de leur famille dans la tourmente. Ces enfants sont particulièrement vulnérables», souligne l'Unicef.

La Centrafrique a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat, en mars 2013, de Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka à dominante musulmane. Devenu président, il a été contraint à la démission par la communauté internationale le 10 janvier pour son incapacité d'empêcher les tueries entre ex-Séléka et milices anti-balaka, qui ont entraîné un exode de civils musulmans. (afp)

Bangui: 13 cadavres dans une citerne dans un camp d'ex-Séléka

Treize cadavres de personnes non-identifiées ont été découverts dans une citerne vide située dans un camp de Bangui où sont cantonnés des combattants issus de l'ex-Séléka, a-t-on appris vendredi sur place de source judiciaire. «Il y a treize corps» dans la cuve d'une dizaine de mètres de longueur, vide et servant de réservoir d'essence, a déclaré à l'AFP de la procureur de la République de Bangui, Ghislain Grezenguet, ajoutant: les corps, en état de putréfaction avancée ou à l'état de squelettes, «se trouvent en différents endroits de la cuve, ce qui laisse penser que des gens y ont été jetés vivants et se sont débattus». Seule une petite ouverture permet en effet de descendre dans la cuve. Sous la supervision de magistrats, ouvriers et soldats de la force africaine (Misca) doivent enlever une partie du couvercle en béton du réservoir pour avoir une vue d'ensemble du réservoir, située à une dizaine de mètres d'une résidence où sont cantonnés des combattants Séléka, sous la surveillance de soldats du contingent de République démocratique du Congo de la Misca.

Ton opinion