Football: Des ailes redéployées
Actualisé

FootballDes ailes redéployées

Salzbourg, adversaire de Bâle en Europa League, a vendu son âme à une boisson énergétique il y a 9 ans.

par
Robin Carrel
Salzbourg
Salzbourg affrontera Bâle, jeudi. (Source: KRUG)

Salzbourg affrontera Bâle, jeudi. (Source: KRUG)

Au cœur des années 2000, le club autrichien était criblé de dettes et pensait avoir trouvé son sauveur en Dietrich Mate­schitz. Heureux de l'aubaine au départ, certains fans ont déchanté rapidement. Ce que voulait l'inventeur d'une boisson bien connue qui, paraît-il, donne des ailes? Une équipe sans histoire pour pouvoir

la remodeler à sa façon, comme il l'a fait ailleurs avec New York, en MLS, et le SSV Markranstädt, devenu le RB Leipzig, en Allemagne.

Tout y est passé: un nouveau stade a été érigé, le logo a changé et même la couleur des maillots a évolué. Seul le col de l'équipement du gardien a gardé la teinte violette originelle. La nouvelle en­ceinte est devenue une immense kermesse, avec stands de maquillage pour les enfants et musique à fond à la mi-temps. C'en était trop pour de nombreux supporters, qui ont redonné vie, dans l'urgence, au «vrai» SV Austria Salzbourg, le 7 octobre 2005. L'affaire était tellement précipitée qu'au départ, certains fans ont été obligés de jouer eux-mêmes pour remplir la feuille de match!

L'opération se révèle être un succès. Parti du 7e niveau national, le club a connu 4 promotions consécutives et évolue depuis 2010 en Regionalliga West, la 3e division locale. L'Austria n'attire certes, en moyenne, que 1500 personnes par rencontre, contre plus de 13 000 à son grand rival local. Mais l'histoire du club fina­­-liste de la Coupe de l'UEFA en 1994 a été sauvegardée. Les supporters ont désormais un nouveau rêve: affronter leur «ancienne équipe» en Coupe d'Autriche.

Yann Sommer: «Je vais avoir du travail!»

«On s'attend à une partie semblable à celle de l'aller (ndlr: 0-0 à Bâle, jeudi dernier). Salzbourg évoluera de manière très offensive et mettra beaucoup de pression. De notre côté, il va falloir rester compacts. Nous sommes confiants, car nous avions réussi à les empêcher de marquer à la maison, ce qui ne leur était plus arrivé depuis longtemps. Je le suis aussi, car nous avons déjà montré notre capacité à passer des tours en venant à bout de grosses cylindrées européennes. On aura ­notre chance! Je risque toutefois d'avoir du travail, mais j'espère un peu moins que la se­maine dernière...»

Quand les fans deviennent les patrons

L’Austria Salzbourg fait partie d’une petite communauté d’équipes qui appartiennent à leurs supporters. La mode a été lancée par des fans déçus des propriétaires américains de Manchester United, qui ont créé le FC United of Manchester. Depuis un peu plus d’une année, le Panathinaikos, un des grands clubs grecs, appartient lui aussi à ses suiveurs. Mais les footballeurs ne sont pas seuls: les Green Bay Packers (NFL, football américain), les Kitchener Rangers (OHL, hockey) ou encore le Virtus Bologne (Italie, basketball) fonctionnent de la sorte.

Ton opinion