Des antibiotiques contre le feu bactérien
Actualisé

Des antibiotiques contre le feu bactérien

Le directeur de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) Manfred Bötsch envisage l'autorisation d'antibiotiques pour lutter contre le feu bactérien.

Mais l'autorisation devrait être assortie de conditions strictes.

On pourrait par exemple décider que les agriculteurs ne soient pas autorisés à les utiliser librement, a dit M. Bötsch dans une interview publiée par la «SonntagsZeitung». Les antibiotiques leurs seraient remis par les responsables communaux et cantonaux, qui ne les fourniraient qu'en cas de risque d'infection et n'autoriseraient pas leur utilisation à d'autres fins.

Seulement pour certains arbres

En outre, on pourrait restreindre leur utilisation aux arbres à tronc court sensibles, a poursuivi Manfred Bötsch. Une limitation dans le temps et des contrôles des résidus d'antibiotiques pourraient être d'autres conditions.

Le directeur de l'OFAG justifie une éventuelle autorisation par le fait que le feu bactérien sévit beaucoup plus fortement qu'en 2003, lorsque la Confédération avait refusé d'accorder une autorisation.

Cette année, le montant des dégâts est évalué à quelque 50 millions de francs. Plusieurs dizaines de milliers d'arbres fruitiers sont touchés et 100 hectares de cultures ont dû être arrachés.

Même les milieux écologiques envisagent aujourd'hui une utilisation d'antibiotiques sous certaines conditions, note M. Bötsch. Car ils craignent sinon que d'anciennes variétés de fruits disparaissent ou que des vergers de grande valeur ne soient perdus. Mais l'utilisation d'antibiotiques n'est pas la panacée.

Le temps presse

Il n'est pas sûr que des antibiotiques pourraient déjà être utilisés l'année prochaine. Une demande d'autorisation est certes annoncée depuis des mois et les producteurs de fruits insistent pour pouvoir recourir aux antibiotiques. Mais aucune demande n'a encore été déposée à l'OFAG.

«Si la demande n'arrive pas d'ici la fin juillet, la Confédération ne pourra guère prendre de décision cette année», relève Manfred Bötsch. L'utilisation d'antibiotiques ne serait ainsi pas assurée pour la période de floraison des arbres fruitiers au printemps prochain. Après la décision de la Confédération, les cantons ont en effet encore besoin de deux à trois mois pour mettre la mesure en vigueur.

Le feu bactérien est une maladie dangereuses des plantes, provoquée par des bactéries. En Suisse, elle doit être obligatoirement signalée. Elle touche surtout les plantes sur lesquelles poussent des fruits à noyau. Les symptômes de l'infection sont facilement reconnaissables. Ils vont jusqu'à la mort de tout ou partie des branches.

ats

(ats)

Ton opinion