Actualisé

GenèveDes arbres s'envoient en l'air au-dessus des rivières

Une vaste opération d'entretien des forêts a lieu sur les rives de la Seymaz et de l'Aire, avec l'appui d'un hélicoptère.

par
David Ramseyer

Le fracas des branches qui pleuvent sur la berges du cours d'eau se mêle au rugissement du petit hélicoptère qui embarque un tronc de plus de 10 mètres dans les cieux. Depuis mardi, l'appareil fait d'innombrables aller-retours dans le cadre d'importants travaux d'entretien des forêts le long de la Seymaz à Chêne-Bourg, et de l'Aire à l'ouest du canton, sur un total de 2,3 kilomètres.

Protéger les promeneurs et régénérer la nature

Environ 300 arbres qui menaçaient de tomber ont été coupés. L'opération vise à sécuriser les chemins qui bordent les rivières. Mais pas seulement; il s'agit aussi d'assainir les lieux. «En cas de crues, par exemple, l'eau doit pouvoir s'évacuer rapidement. Trop d'arbres sur les rives pourraient au contraire contenir les flots et provoquer des inondations, notamment dans les secteurs habités où passent ces rivières», explique Roger Beer, chef du secteur des forêts au Département cantonal de l'environnement.

L'emploi d'un hélicoptère monoplace pour enlever troncs et grosses branches est essentiel. Les secteurs où les travaux sont effectués sont souvent inaccessibles pour des camions. Extraire des forêts les arbres abattus en les tirant au sol provoquerait aussi d'importants dégâts pour la végétation environnante. Le salut passe donc par les cieux.

Manoeuvres délicates

Une opération qui n'est cependant pas sans risque pour les hommes qui l'effectuent. Des bûcherons spécialisés grimpent aux arbres, accrochent un filin autour du tronc puis scient ce dernier qui est alors immédiatement emporté par l'hélicoptère. «Des branches ou de gros débris de bois peuvent se détacher durant l'envol et retomber sur eux, avertit Michel Jaggy, technicien forestier. Ils peuvent aussi être heurtés par les troncs lorsque ceux-ci sont emportés. Il faut donc être prudent et minutieux.» Les treuillages devraient s'achever ce jeudi.

La fin des travaux d'entretien des forêts sur les berges de la Seymaz et de l'Aire est prévue pour le 18 février prochain. Leur coût est estimé à 280'000 francs. Le bois récupéré sera transformé en copeaux pour chaudières, destinés à des particuliers ou des entreprises dans les cantons de Genève, Vaud et Berne.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!