A Carouge, des arbres sacrifiés sur l’autel de la mobilité douce

Publié

Carouge (GE)Des arbres sacrifiés sur l’autel de la mobilité douce

Pour ériger le tronçon carougeois de la voie verte cantonale, une quinzaine de feuillus seront abattus. Des habitants s’en émeuvent, la maire explique.

par
Jérôme Faas
1 / 6
Le long de la promenade des Orpailleurs, plusieurs arbres ont été marqués d’une pastille rouge.

Le long de la promenade des Orpailleurs, plusieurs arbres ont été marqués d’une pastille rouge.

20min/jef
Sur la trentaine de feuillus désignés, seule la moitié sera finalement abattue.

Sur la trentaine de feuillus désignés, seule la moitié sera finalement abattue.

20min/jef
Image de synthèse de l’aspect que devrait prendre, à terme, la promenade des Orpailleurs quand la voie verte y aura élu domicile.

Image de synthèse de l’aspect que devrait prendre, à terme, la promenade des Orpailleurs quand la voie verte y aura élu domicile.

Ville de Carouge

Les condamnés ont été affublés d’une pastille rouge. À la promenade des Orpailleurs, le long de l’Arve à Carouge, une trentaine d’arbres portent cette marque qui signe leur coupe prochaine. Mardi, ils semblaient devoir être sacrifiés sur l’autel de la mobilité douce (en réalité, seule la moitié succombera, lire plus bas): ici passera bientôt le tronçon carougeois de la Voie verte d’agglomération. Une fois achevée, elle reliera Annemasse (F) à Saint-Genis-Pouilly (F) et proposera sur 22 kilomètres une piste cyclable bidirectionnelle et un cheminement piéton séparé. Or, il s’agit de faire de la place à l’ouvrage.

Mais à la vue des pastilles rouges, le sang de certains habitants n’a fait qu’un tour. Tiffany s’émeut ainsi de la coupe d’arbres sains, et souligne qu’une espèce protégée d’écureuils a élu domicile dans la zone. «Nous avons essayé en vain de contacter la mairie, nous sommes beaucoup à souhaiter sauver cet endroit.» Une autre Carougeoise, Sylvie, se dit «choquée. Toute une forêt va être abattue en fait. À cet endroit vivent des écureuils roux en voie d’extinction, des castors et beaucoup d’oiseaux. Il s’agit d’un écocide!» Elle dit ne rien avoir contre les cyclistes, mais pense qu’eux-mêmes, puisqu’ils sont adeptes de mobilité écolo, ne désirent pas une telle issue.

La maire annonce quinze arbres coupés

Maire Verte de Carouge, Sonja Molinari dit «très bien comprendre que réaliser une voie verte et couper des arbres peut être perçu comme une contradiction dans les termes». Elle comprend aussi l’émotion des habitants, et la juge même positive, car témoignant de leur attachement à la nature. C’est d’ailleurs parce qu’elle partage cette sensibilité qu’elle explique «avoir fait tout son possible pour réduire au maximum les coupes.

«Avec les services communaux, nous avons mené une analyse très fine en passant en revue tout le périmètre et en analysant le positionnement de chaque arbre. L’opération a permis de réduire de près de 80%, par rapport aux autorisations cantonales en force, la zone à défricher et le nombre d’arbres à couper, dont des sujets majeurs.» Au final, après une dernière estimation tombée mercredi, «une quinzaine d’arbres seulement seront abattus. Il est très difficile de mettre en œuvre ce projet en coupant moins.»

«On va compenser et replanter»

Car la voie verte, votée par le Grand Conseil et dont le tronçon carougeois de 650 mètres a été approuvé en 2019 à l’unanimité moins une abstention par le Conseil municipal, nécessite de l’espace. «On ne parle souvent que des vélos, mais il s’agit aussi d’une traversée pour les piétons, qui permet de déployer des cheminements continus de qualité», note l’élue.

L’ouvrage permet donc de séparer les flux. Or, la promenade des Orpailleurs étant par endroits très étroite, gagner en largeur s’avère indispensable. Les travaux serviront aussi à renforcer la berge en contenant mieux l’érosion causée par les crues dont la fréquence et l’ampleur augmentent. «Il s’agit d’une pesée d’intérêts. Oui, il y aura des coupes. Mais on va largement compenser et replanter», promet Sonja Molinari. Qui précise encore qu’aménager la voie verte sur l’autre rive aurait été impossible: il aurait fallu franchir le pont de Carouge, qu’occupe aussi le tram.     

 

Ton opinion

143 commentaires