Neuchatel - Des archéologues au chevet d’un site antique malmené
Publié

NeuchâtelDes archéologues au chevet d’un site antique malmené

Il y a plusieurs mois, dans la forêt du Chanet, des amateurs ont dégradé un monument funéraire du 1er Âge du fer. Le Canton de Neuchâtel s’est décidé à ouvrir des fouilles pour le préserver.

par
Gaëlle Monayron

Non loin de Neuchâtel, quelque part au milieu de la forêt du Chanet, six étudiants se frottent, depuis déjà deux semaines, à l’archéologie funéraire. Ces universitaires neuchâtelois s’affairent à dégager les vestiges d’un tumulus, monument funéraire du premier Âge du fer. Ce lieu de sépulture avait été découvert par un amateur en 2008, qui avait alors rapporté les premiers vestiges à l’Office du patrimoine et de l’archéologie du canton (OPAN).

Une fouille clandestine

Mais le chantier a failli ne pas voir le jour. À l’époque, le département n’avait pas jugé utile d’entreprendre des fouilles. «Ce n’était pas une priorité, car nous intervenons principalement quand un vestige est menacé», explique Julien Spielmann, archéologue à l’OPAN. Les autorités ont changé d’avis en 2020. «Une fouille clandestine a été organisée par des amateurs, qui ont détruit une partie du monument. Suite à cela, nous avons décidé d’intervenir et de prendre les choses en mains», a expliqué mardi Julien Spielmann. Un programme de sauvegarde a été lancé et des campagnes de fouilles officielles ont pu démarrer.

L’archéologue responsable des fouilles poursuit: «Le site se prête bien à une collaboration avec des étudiants. Aucun projet de génie civil n’est prévu prochainement. Ce qui nous laisse le temps de former une équipe de stagiaires.» Cette campagne, qui durera un mois au total, tend à dégager le monument en surface, afin de délimiter sa taille, et comprendre la manière dont il a été construit.

Ton opinion

6 commentaires