Actualisé 14.10.2015 à 16:35

France

Des armes de guerre pour des élèves de 10 ans

Un scandale a éclaté mardi sur Internet, après la publication d'une photo où des élèves d'une école près de Thionville (est de la France) manipulent des armes automatiques dans le cadre d'un atelier.

de
JV/20minutes

C'est une publicité que l'école de Flastroff, en Moselle, à la frontière allemande, aurait préféré éviter. Depuis mardi, l'information, sortie par le Républicain Lorrain, fait le buzz sur Internet: les élèves de l'école de cette commune ont participé à une journée de découverte autour de l'armée, la semaine dernière. Un atelier qui a permis aux jeunes enfants d'utiliser des Famas, l'arme réglementaire française, et des pistolets automatiques fournis par les réservistes.

Contacté par le journal lorrain, le lieutenant-colonel Biberian, du 40e régiment de Transmissions de Thionville, qui organisait l'événement, condamne vivement cette opération découverte. Il promet des sanctions pour les responsables de cette initiative. Même sécurisées, l'introduction d'armes dans l'établissement scolaire est une faute grave pour ce corps d'armée. «Je m'explique d'ailleurs mal que l'accès de l'école ait été donné pour cela… Je suis moi-même parent d'élèves et parfaitement à même de comprendre que cela puisse choquer», a-t-il précisé.

Le maire de la commune a quant à lui précisé que l'opération avait été organisée sur un parking près de la cour de l'école, et non dans l'établissement. Une réponse qui ne devrait pas convaincre tous les détracteurs. Reste que selon l'établissement, les élèves ont adoré découvrir, aux côtés des véhicules ou du matériel de combat, les armes des militaires. Les parents un peu moins, surtout après avoir vu les images de leurs têtes blondes (de 10 à 14 ans) couchées au sol, près de l'école, une arme à la main...

Un risque pénal

Selon l'article 431-28 du Code pénal français, qui vise à sanctuariser les lieux d'éducation, «le fait pour une personne habilitée ou autorisée à pénétrer dans un établissement scolaire de pénétrer ou de se maintenir dans un tel établissement en étant porteuse d'une arme sans motif légitime est puni d'une peine de trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende». La peine est assortie également d'interdiction de droits civiques, de port d'armes, ou de peine de travaux d'intérêt généraux.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!