Matériel de guerre: Des armes suisses finissent dans les mains d'enfants
Actualisé

Matériel de guerreDes armes suisses finissent dans les mains d'enfants

Trois semaines avant la votation sur l'initiative pour une interdiction d'exporter du matériel de guerre, ses partisans apportent de nouveaux arguments.

La Suisse livre des armes dans l'Etat indien du Chhattisgarh, où, selon HRW, des enfants sont engagés dans des opérations militaires.

Cet Etat est déchiré par un conflit entre gouvernement et rebelles maoïstes. Selon un rapport de l'organisation pour les droits humains Human Rights Watch (HRW) publié en octobre 2008, les deux parties emploient des enfants de moins de 18 dans les combats. Depuis 2005, la police qui mène des opérations paramilitaires contre les rebelles recrute aussi des enfants, dénonce le document.

Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) confirme les livraisons d'armes vers le Chhattisgarh. Le Conseil fédéral a approuvé les exportations à la police de cet Etat, souligne la porte-parole du SECO Rita Baldegger mardi, revenant sur une information du journal dominical «Sonntag».

610 mitraillettes

Le Département fédéral de l'économie avait déjà informé au mois de mars de la livraison de «400 fusils d'assaut et 610 mitraillettes, accessoires compris, à la police de différents Etats indiens.» Il était impossible mardi d'apprendre du SECO combien de ces armes ont atterri au Chattisargh.

Ce nouveau scandale détruit le mythe d'une pratique «exemplaire et restrictive» de la Suisse en matière d'exportations d'armes, estiment les initiants du Groupe pour une Suisse sans armée sur leur site internet.

Rien à se reprocher

Une idée que réfute le SECO. Le Conseil fédéral a tenu compte de l'ordonnance sur l'exportation de matériel de guerre. Cette dernière interdit de vendre des armes à des Etats «qui violent systématiquement et gravement les droits humains». Mme Bladegger n'a par ailleurs pas voulu commenter le rapport de HRW.

(ats)

Ton opinion