Pakistan: Des attentats font au moins 40 morts
Actualisé

PakistanDes attentats font au moins 40 morts

Deux kamikazes présumés ont causé la mort de 40 personnes au moins lundi en attaquant les bureaux d'un haut représentant du gouvernement dans le nord-ouest du Pakistan, ont annoncé des responsables.

Au moins 40 personnes ont été tuées lundi par les bombes de deux kamikazes visant les chefs d'une milice qui combat les talibans dans le nord-ouest du Pakistan, en proie à une vague d'attentats perpétrés par les insurgés islamistes alliés à Al-Qaïda. Cinq rebelles ont été tués dans la même région par un drone américain.

L'attaque qui a tué 40 personnes, revendiquée aussitôt par les talibans, visait les bureaux de l'administration locale où se tenait une réunion entre des fonctionnaires et les chefs d'une milice tribale opposée aux rebelles extrémistes à Ghalanaï, le chef-lieu du district tribal de Mohmand.

«Il y a au moins 40 morts et 60 blessés, dont 25 dans un état grave», a précisé Amjad Ali, un responsable des autorités locales. Dix des tués sont des fonctionnaires du gouvernement et deux autres des journalistes de télévision.

A bicyclette

Les kamikazes, qui portaient des uniformes de la police locale, sont arrivés à bicyclette et ont forcé le passage à pied dans le bâtiment de l'administration. Une réunion entre l'administration du district et des chef tribaux, membres d'un Comité de paix, se tenait dans les bureaux.

Les Comités de paix désignent généralement des milices antitalibans dans les zones tribales du nord-ouest, frontalières avec l'Afghanistan, et considérées comme le QG et le principal repaire d'Al-Qaïda.

Le district de Mohmand, à environ 175 km au nord-ouest d'Islamabad, est l'une des places fortes du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), qui a fait allégeance au réseau d'Oussama ben Laden, et est le principal responsable de plus de 420 attentats - suicide pour la plupart - qui ont fait près de 4000 morts dans tout le pays ces trois dernières années.

Revendication

«Nous revendiquons l'attentat», a déclaré par téléphone à l'AFP Omar Khalid, le chef du TTP pour le Mohmand. Le TTP avait décrété à l'été 2007 le jihad, la guerre sainte, à Islamabad pour son soutien, depuis fin 2001, à la «guerre contre le terrorisme» de Washington. Depuis, le Pakistan en a payé un lourd tribut avec près de 4000 morts dans des attentats.

Les zones tribales sont également une base-arrière importante des talibans afghans, qui combattent dans leur pays les quelque 150.000 soldats des forces internationales sous la bannière de l'Otan, américains pour plus des deux tiers.

Drone

Par ailleurs, les drones de la CIA tirent quasi-quotidiennement, dans ces zones pakistanaises frontalières, des salves de missiles visant les cadres d'Al-Qaïda comme les talibans afghans et pakistanais, mais tuant aussi de nombreux civils.

Au moins cinq rebelles ont encore été tués lundi par des missiles tirés par un drone sur un véhicule et une maison, ont annoncé des responsables de la sécurité.

L'attaque a eu lieu dans le village de Khysore, à 35 kilomètres à l'est de Miranshah, la principale ville du district tribal du Waziristan du Nord, en proie à des troubles, selon ces sources. (ats)

Ton opinion