Actualisé 03.12.2014 à 17:31

Irak

Des avions de chasse iraniens attaquent l'EI

Des F-4 iraniens ont lancé ces derniers jours des frappes contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) dans l'est de l'Irak, a indiqué mardi le Pentagone.

L'Iran a lui aussi conduit des frappes aériennes en Irak contre le groupe Etat islamique (EI) ces derniers jours, ont annoncé mercredi les Etats-Unis. Selon Washington, le combat de la communauté internationale contre les djihadistes prendra «des années».

C'est la première fois que les Etats-Unis confirment des raids aériens menés par des appareils iraniens contre l'EI, après des images de la chaîne Al-Jazira montrant des F-4 Phantom iraniens attaquant des cibles dans la province de Diyala, frontalière de l'Iran. Téhéran n'a pas confirmé.

L'armée iranienne aide déjà les milices chiites ainsi que des unités de l'armée irakienne. Des fusils et un certain nombre de lance-roquettes iraniens équipent ainsi certaines troupes irakiennes. Elle a également mis à la disposition de l'Irak des avions de combat Soukhoï Su-25. La rumeur veut même que des pilotes iraniens soient aux commandes de ces appareils.

L'Iran exclu d'une réunion

Mais «rien n'a changé concernant notre politique selon laquelle nous ne coordonnons pas nos activités avec les Iraniens», a affirmé le Pentagone. L'Iran n'était d'ailleurs pas invité à participer mercredi à Bruxelles à la réunion des ministres d'une soixantaine de pays participant à la coalition contre l'EI, sous l'égide du secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Inédite à ce niveau, elle a été organisée dans les locaux de l'Otan, prêtés pour l'occasion. Il s'agissait de discuter des façons de tarir les sources de financement de l'EI, de contrer et «décrédibiliser» la propagande de la «marque» EI sur Internet, et aborder l'aide humanitaire aux réfugiés, selon un haut responsable américain.

«Des années»

«Nous allons mener cette campagne aussi longtemps qu'il faudra pour gagner», a affirmé M. Kerry à l'ouverture de la réunion. «Notre engagement durera certainement des années».

«Plus aucune grosse unité de Daech (l'acronyme arabe de l'EI) ne peut se déplacer sans s'inquiéter de ce qui va lui tomber sur la tête», a assuré M. Kerry en rappelant le «millier» de frappes réalisées par la coalition conduite par les Etats-Unis.

Il a salué «la direction dynamique» endossée par de nombreux pays arabes. En effet, les Américains qui frappent en Syrie des cibles de l'EI sont aidés depuis le 23 septembre par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, la Jordanie et le Bahreïn.

En 2015, la campagne militaire anti-EI devrait coûter 5,6 milliards de dollars, si l'on y ajoute le financement de la formation de soldats irakiens et kurdes et l'aide humanitaire.

Requête irakienne à l'Otan

Mercredi toujours, le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi a demandé au secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg de l'aider à former et entraîner ses forces de sécurité, selon la porte-parole de l'alliance Oana Lungescu. Les ambassadeurs examineront cette requête dès qu'ils l'auront reçue en bonne et due forme, a-t-elle ajouté.

L'Otan a eu par le passé une équipe chargée de former les forces de sécurité irakiennes mais elle l'a retirée d'Irak à la fin 2011, aucun accord n'ayant pu être conclu sur le statut légal des troupes de l'Otan présentes dans le pays.

Califat de la terreur

Le groupe Etat islamique a proclamé en juin un califat à cheval sur la Syrie et l'Irak, dont il contrôle trois grandes villes: Mossoul, Tikrit et Fallouja. Comptant quelque 30'000 combattants, dont un tiers serait étranger, il commet viols, rapts, meurtres de masses et crucifixions de civils dans les régions sous son contrôle, les revendiquant activement sur les réseaux sociaux.

Le cheikh d'Al-Azhar au Caire, l'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite, a d'ailleurs condamné mercredi ces «crimes barbares». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!