01.07.2020 à 08:24

Football

Des «biais raciaux évidents» chez les commentateurs TV

Une étude portant sur 80 matches de quatre grandes ligues européennes a souligné les mauvaises habitudes des journalistes, par rapport à la couleur de peau des footballeurs.

de
Sport-Center/rca
Pep Guardiola et N'Golo Kanté.

Pep Guardiola et N'Golo Kanté.

KEYSTONE

L’entreprise danoise RunRepeat, en association avec l’Association des footballeurs professionnels (PFA), a lancé une large étude, relayée mardi par la BBC, afin d’analyser les commentaires télévisuels et leur relation avec la couleur des joueurs. Elle a remarqué un «biais évident» et des différences «significatives» entre Blancs et Noirs. Ces derniers sont souvent «réduits à leurs capacités physiques et à leur potentiel athlétique».

Ainsi, 80 matches des championnats anglais, français, espagnols et italiens ont fait l’objet d’une analyse poussée. «Les éloges continuels pour les joueurs avec un teint plus clair pour leur niveau d'habileté, leur leadership et leurs capacités cognitives, combinés à la critique récurrente des joueurs avec un teint plus foncé, sont susceptibles d'influencer la perception du football de la part du grand public», assure cette étude.

Un résultat qui n’a forcément pas été du goût de Jason Lee, directeur de «PFA equalities»: «Il était toujours important de rassembler ce genre d’informations, plutôt que de simplement partir du principe qu'il existe un parti pris inconscient dans le sport, comme dans la société, en fait.» Cette recherche a été effectuée alors que l'industrie du ballon rond doit à son tour faire son examen de conscience et prendre enfin des mesures claires pour améliorer l'égalité des chances, ainsi que pour éliminer les préjugés raciaux.

2074 prises de position analysées

«Si vous décrivez deux types de joueurs, l'un Blanc et l'autre Noir, et qu’ils font tous les deux exactement la même chose, ils devraient être jugés pareillement, a continué Jason Lee, toujours sur le site de la BBC. Pourtant, pour le joueur noir sera choisi un côté négatif et, pour le joueur blanc ce sera positif... Ce que je veux dire par là, c'est qu'un joueur noir sera perçu comme ayant du rythme, de la puissance et de l'agressivité et un joueur blanc aura de l'ingéniosité, de la créativité et de la détermination. Des traits différents, alors que ce pourrait parfaitement être l'inverse!»

Cette étude a été réalisée sur 80 matches de quatre championnats, au cours de la saison actuelle. 2074 prises de position à propos de 643 joueurs ont été passées au crible. Plutôt que d’être analysés selon leur couleur, les joueurs ont été catégorisés (de 1 à 20, allant de peau très claire à peau très foncée), selon le teint de leur peau dans la base de données du jeu Football Manager 2020.

Les résultats de cette recherche effectuée par les Danois de RunRepeat ont montré que les commentateurs de ces quatre contrées étaient «6,59 fois plus susceptibles de commenter la force d'un joueur avec une peau plus foncée et 3,38 fois plus susceptibles de commenter la vitesse d’un élément avec un teint foncé», par rapport à un Blanc. Concernant l’éthique de travail et l’intelligence, les joueurs à peau claire recueillaient 60% des éloges.

«Un joueur noir sera perçu comme ayant du rythme, de la puissance et de l'agressivité»

Jason Lee, directeur de «PFA equalities»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
19 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Seth Bert

02.07.2020 à 07:01

Ras le bol de cette auto-flagellation où l'on cherche partout du racisme. Cessons d'écouter ces gauchistes qui crachent sur nos institutions et notre histoire de manière vicieuse. Je ne mettrai pas un genou à terre, car ce white bashing me fait gerber. Every life matters ! Pas seulement une seule race.

Janet

01.07.2020 à 11:48

oh j'aimerais assez faire ce genre de boulot, tranquille on lance un sujet on en discute on tire des conclusions.. c'est bien payé?

Rex

01.07.2020 à 11:22

Ça va s'arrêter quand ces genuflexions ? Ce genre de commentaires ne fait que susciter craintes et incompréhensions de la majorité et mettre de l'huile sur le feu