Genève: Des billets pleins de coke dans un ampli à karaoké
Publié

GenèveDes billets pleins de coke dans un ampli à karaoké

Faute de preuve de trafic, le Tribunal de police juge trois hommes pour blanchiment d'argent.

par
Jérôme Faas
Les billets étaient contaminés à la cocaïne. Quant à savoir si la chose est usuelle en Suisse, il y a débat.

Les billets étaient contaminés à la cocaïne. Quant à savoir si la chose est usuelle en Suisse, il y a débat.

Keystone

La découverte est «inusuelle et suspecte», appuie la procureure. En janvier 2017, les douaniers ont trouvé, cachées dans un amplificateur à karaoké sur le point d'être chargé dans un avion pour la Guinée, des liasses: 107 000 fr. et 140 000 euros. Pis, les billets étaient contaminés à la cocaïne. Vendredi, le Tribunal de police jugeait donc trois hommes pour blanchiment d'argent.

Pour le Parquet, c'est sûr, il «provient d'un crime», un gros trafic de drogue. Le principal prévenu, M., un Guinéen de 44 ans bien intégré à Genève à qui appartient ce trésor, s'en défend. Actif dans l'import-export de voitures vers l'Afrique, il explique qu'il voulait y transférer la somme pour y investir. Il l'avait cachée, dit-il, pour éviter le racket des douaniers de son pays. «Cet argent, c'est dix ans de travail acharné.»

Les avocats soulignent l'absence totale de lien, dans le dossier, entre les billets et un trafic de drogue dont on ne sait rien - «un crime préalable mystère», pour Me Louise Steinfels. M. a fourni moult documents pour justifier l'origine des fonds, que le Parquet trouve bancals.

Surtout, il y a la coke sur les billets. Me Nicola Meier, conseil de M., brandit une étude cosignée par l'ex-chef de la police judiciaire neuchâteloise affirmant que «90% des billets en circulation en Suisse sont contaminés à la cocaïne». La procureure Lyuska Hulliger réplique avec une étude de l'Université de Berne indiquant que «seuls 2% des billets testés sont positifs à la cocaïne». Et de réclamer 15, 12 et 8 mois de prison avec sursis. Le verdict sera rendu jeudi.

L'enjeu, la confiscation du trésor

Le noeud de l'affaire, c'est l'argent. Il sera confisqué si les prévenus tombent pour blanchiment. Mais un lien avec un crime doit être établi. Le Parquet dit n'avoir «aucun doute» de son existence, mais la contamination des billets à la coke suffira-t-elle? Anticipant un éventuel échec, il a cité plusieurs cas où le simple fait que des coupures soient souillées, malgré l'acquittement des prévenus, avait suffi à leur séquestration. Mais il faut aussi que les preuves de leur origine légale manquent, rétorque Me Meier, jugeant que tel n'est ici pas le cas.

Ton opinion