Neurologie: Des bruits de moteur pour réveiller Schumi?
Actualisé

NeurologieDes bruits de moteur pour réveiller Schumi?

Tandis que le pilote de F1 aurait ouvert les yeux, des bruits de moteur pourraient permettre de le réveiller totalement, juge le neurologue Erich Riederer. Interview.

par
Nina Jecker/ads
Des bruits de moteur pour réveiller la légende de la F1? Un spécialiste explique pourquoi c'est une bonne idée.

Des bruits de moteur pour réveiller la légende de la F1? Un spécialiste explique pourquoi c'est une bonne idée.

Erich Riederer*, que se passe-t-il en ce moment dans la clinique de Grenoble?

Lorsque l'on sort un patient du coma artificiel, on réduit progressivement les doses de narcotique. Durant cette phase, on essaie jour et nuit de réveiller le patient.

Comment se déroulent ces essais?

Les médecins travaillent avant tout au moyen de stimuli. On peut imaginer pincer Michael Schumacher, ou le chatouiller. Le plus important est cependant les choses familières, comme les voix des proches. On sait aujourd'hui que les patients plongés dans le coma se rappellent avoir entendu des voix de leur conjoint(e), par exemple.

La famille de Schumi aura-t-elle donc un rôle à jouer?

On peut le penser, oui. Les paroles de proches sont très efficaces. Il est aussi possible de mettre des écouteurs au patient et de lui jouer sa chanson préférée, pour voir s'il réagit. Dans le cas de Michael Schumacher, je préconiserais d'utiliser des bruits de moteur. Il est tout à fait imaginable que le bruit d'un moteur de F1 ne le laissera pas indifférent.

Selon des médias français, il a déjà cligné des yeux. Qu'est-ce que ça laisse présager?

C'est un très bon signe, lorsque le patient réagit à la procédure de réveil. Que ce soit par un clignement des yeux, un tremblement ou un mouvement du bras lorsque celui-ci est pincé. Cela montre qu'il est réellement en train de se réveiller.

Quelle serait l'alternative?

Cela arrive aussi qu'un patient ne sorte pas du coma artificiel, même avec l'arrêt des médicaments. Cela peut prendre des semaines, voire des mois dans certains cas. Les chances de récupération deviennent alors chaque jour plus faibles.

Comment cela se présente-t-il, dans le cas de Michael Schumacher?

Il n'est pas possible de le prédire. Toutefois, s'il a réellement cligné des yeux, c'est prometteur. Mais le processus de réveil peut durer très longtemps. Dans le cas où il se réveillerait totalement, ce qui serait fantastique, la procédure continuerait alors avec une phase de réhabilitation: tout le corps de Michael Schumacher s'est beaucoup affaibli. On doit d'abord vérifier, par exemple, qu'il est capable de respirer de manière autonome. Ensuite, on essaie de solliciter le patient par la parole, puis on l'invite à réaliser des mouvements simples. Mais dans tous les cas, des séquelles sont à craindre après les blessures au cerveau.

* Erich Riederer est médecin spécialiste en neurologie à la clinique Neuroparadeplatz, à Zurich.

Ton opinion