Expo controversée : Des cadavres d'étudiants exécutés exposés à Berne?
Actualisé

Expo controversée Des cadavres d'étudiants exécutés exposés à Berne?

Dès vendredi, des corps «plastinés» sont censés attirer des milliers de visiteurs dans la capitale. Mais leur origine serait douteuse. Selon des experts, il s'agirait d'étudiants chinois exécutés.

par
cho/ofu
1 / 4
L'expo «Bodies Exhibition» montre des bouts de corps humains plastinés.

L'expo «Bodies Exhibition» montre des bouts de corps humains plastinés.

bodies-expo.ch
Elle sera inaugurée vendredi 5 octobre à Berne.

Elle sera inaugurée vendredi 5 octobre à Berne.

bodies-expo.ch
Selon certains experts, les cadavres proviennent d'étudiants chinois exécutés.

Selon certains experts, les cadavres proviennent d'étudiants chinois exécutés.

bodies-expo.ch

«Bodies Exhibition»: tel est le nom de l'exposition qui s'ouvre vendredi à Berne. Durant dix jours, les visiteurs pourront découvrir des cadavres «plastinés» dans l'ancien dépôt de tram de la ville. Or, peu avant l'inauguration, l'origine des corps apparaît douteuse, écrit «Der Bund».

«Les corps exposés sont ceux de donneurs volontaires américains», assure l'organisateur, Jan van Bergen, interrogé par le journal. Mais selon divers médecins, scientifiques et activistes militant pour les droits de l'homme, il pourrait s'agir de cadavres d'étudiants chinois exécutés. Confronté à ces accusations, Jan van Bergen serait resté évasif et aurait refusé de répondre à plusieurs questions.

Une situation «inacceptable»

Pour Hubert Steinke, professeur à l'institut d'histoire de la médecine de l'Université de Berne, cette situation est inacceptable: «De gros doutes persistent tant que l'organisateur ne peut pas expliquer très précisément d'où viennent les corps et tant qu'il ne peut pas assurer qu'il s'agit bien de personnes volontaires.»

L'exposition ouvrira-t-elle quand même ses portes vendredi? «Oui, assure la galeriste Ute Winselmann-Adette. Le contrat est signé. Je ne serais pas en mesure de payer un dédommagement si je romps les conditions du contrat.» Elle concède néanmoins que cela serait «problématique» si les corps devaient bel et bien être ceux d'étudiants chinois exécutés.

«Tip top»

Ute Winselmann-Adette assure ne pas avoir eu vent de la polémique. Quand elle a parlé au téléphone avec l'organisateur, tout lui aurait semblé «tip top». «Il m'a dit que l'expo avait déjà eu lieu à Zurich. C'est pour ça que je ne me suis doutée de rien.» Des recherches du «Bund» montrent cependant que «Bodies Exhibition» n'a jamais été montré dans la ville des bords de la Limmat.

Contacté par «20 Minuten», Jan van Bergen assure qu'il s'agit d'un malentendu. Il n'aurait jamais dit que son exposition avait été montrée à Zurich. Il tient d'ailleurs à préciser que les accusations sont fausses. «Nous disposons des papiers et documents nécessaires pour chaque corps exposé. Je vous assure que tous les corps nous ont été légués de manière volontaire.» Pour finir, il ajoute que ce n'est pas la première fois que l'exposition subit de telles critiques. «Aux Pays-Bas, nous avons pu prouver lors d'un procès que tout était en règle.»

Malgré tout, le Néerlandais se réjouit de se rendre personnellement à Berne ce week-end pour assister à l'inauguration.

Ton opinion